Saints bretons à découvrir

Les calvaires du Finistère, un catéchisme de pierre

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min
calvaire finistère
Pleyben (Photo Ar Gedour- DR)

Alors que RCF propose un Triduum Pascal depuis l’abbaye de Landévennec, la radio chrétienne invite à découvrir la Bretagne par des reportages. Ici, une émission sur les calvaires du Finistère. Dans le Pays de Landivisiau, les enclos paroissiaux font l’objet d’un regain d’intérêt. À Guimiliau, le futur Centre d’interprétation d’architecture et du patrimoine (Ciap) aura pour mission de les valoriser auprès des touristes ou des groupes scolaires. Avec Noëlle Le Goff, guide touristique bénévole dans le pays du Léon (la partie nord du Finistère), Christophe Pluchon nous fait découvrir les grands calvaires du Finistère.

À la fois expression de la foi des bretons et outils de catéchèse, les enclos ont été élevés à la fin du XVIè siècle. Ils constituent aujourd’hui une pièce maîtresse du patrimoine architectural breton, érigée à la faveur d’une période économique faste, celle de la culture du lin. D’importants moyens financiers étaient en effet nécessaires pour qu’artistes et artisans se surpassent d’un village à l’autre. Aux XVIè et XVIIè siècle, « la culture du lin se faisait dans la partie nord du Finistère, explique Noëlle Le Goff, et ce lin était travaillé dans la région des Monts d’Arrée.« 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

vallée des saints

6 octobre : Saint Ivy

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minSaint Ivy (ou Ivi, Yvi), moine de Bretagne …

Les paroisses fantômes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minUn constat au fil des kilomètres, qui fait …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.