Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > [COMMUNIQUE DE PRESSE] Grande enquête sur la place de la langue bretonne dans l’Eglise.

[COMMUNIQUE DE PRESSE] Grande enquête sur la place de la langue bretonne dans l’Eglise.

Le site breton Ar Gedour vient de lancer une grande enquête sur la place de la langue bretonne dans les 5 diocèses de l’église catholique de Bretagne que nous vous invitons à diffuser autour de vous et auprès des personnes susceptibles d’être intéressées.

L’enquête est accessible sur internet jusqu’au 5 février sous la forme d’un questionnaire comportant 12 questions. L’objectif de cette consultation est double :

  • Mieux comprendre la place de la langue bretonne dans l’Eglise.
  • Evaluer les attentes des Bretons sur ce sujet.

Les résultats de cette consultation seront consolidés et publiés courant février par Ar Gedour sous la forme d’une étude envoyée en avant-première aux personnes interrogées.

Lien vers l’enquête : https://www.argedour.bzh/enquete-breton

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

Les messes en breton du WE des 28-29 et 30 juillet 2017

Voici une liste non-exhaustive des messes en breton ou avec cantiques bretons pour ce week-end …

Les messes en breton du 21 au 26 juillet 2017

Voici comme à l’habitude une sélection non-exhaustive des messes en breton ou avec cantiques bretons …

4 Commentaires

  1. Très bonne initiative! Mais un petit commentaire à ce sujet. Là où j’habite, dans les paroisses environnantes,il y a un peu plus de dix ans, j’entendais encore au minimum un cantique Breton chaque dimanche, voire deux. Je parle de vrais cantiques, pas d’un os à ronger de trois phrases. Aujourd’hui, il n’y a quasiment plus rien en langue Bretonne.
    Pourquoi? Les personnes âgées qui aimaient le Breton disparaissent. Les personnes en charge de la liturgie (prêtres ET laics), s’en contrefichent du Breton, voire y sont hostiles. Ces mêmes personnes, hostiles au Breton, sont les mêmes qui disent à tout bout de chant (champ) qu’il faut accueillir l’étranger….Accueillir l’étranger mais rejeter les derniers Bretons, finalement….
    Je me sens étranger à la messe. Quand j’ose dire quelque chose, c’est le rejet total.
    Les personnes en charge de la catéchèse, de si bonnes volontés soient-elles, sont les premières à refuser par méconnaissance, stupidité ou hostilité l’apprentissage de quelques cantiques Bretons aux enfants, cantiques qui pourraient être chantés aux messes des familles. Dans le même temps, ces mêmes personnes, par souci d’ouverture (tiens, il y en a dans ce sens, mais pas dans l’autre….), essaient d’apprendre aux enfants les rudiments d’autres religions, sans pour autant y connaître elles-même quoi que ce soit, au lieu de leur apprendre correctement ce pourquoi ils sont mandatés, à savoir l’enseignement du Christ.
    Alors, voyant les comportements de tous ces “idiots utiles”, je ne suis plus étonné de voir que:
    – le Breton disparaît, laissant la place au Français seul et, dans certaines paroisses, à des langues venues d’ailleurs au détriment du Français lui-même.
    – la foi chrétienne disparaît, laissant la place à un vide spirituel, puis à une autre religion
    Au vu de tous ces résultats, je dirai que beaucoup de responsables ecclésiastiques laics, clercs, bénévoles….n’ont vraiment pas le profil!!!!!!L’Eglise est à l’agonie, tout comme l’est la langue Bretonne, et tout le monde s’en f………..

  2. Effectivement, lorsque l’on parle d’accueillir l’autre, il n’y a pas de sélection à faire. On accueille l’étranger, si celui-ci est dans la détresse, mais on accueille aussi les siens. Or, il est vrai que le Breton est rejeté et méprisé dès lors qu’il cherche à exister (ne serait-ce qu’un petit peu).
    Pour ma part, je cesserai de donner à la quête lorsqu’il n’y a pas de Breton à la messe car je ne vois pas pourquoi j’irai financer des personnes qui oeuvrent consciemment ou inconsciemment à la destruction du Breton. Je ne donnerai que pour les messes qui contiennent au minimum deux chants dans la langue du pays, le Breton

  3. Louis-Marie SALAÜN

    Mickaël vous avez raison quand vous dites: “L’Église est à l’agonie, tout comme l’est la langue Bretonne, et tout le monde s’en f………..”.
    Il faut rechercher les causes de l’agonie de l’Église et celle de la langue bretonne: il y a à mes yeux 2 responsables à ces agonies: l’Eglise elle-même et la république laïque!
    Je voudrais simplement rappeler que la réforme liturgique du Concile Vatican II a évacuée les cantiques d’autrefois, qu’ils soient en français ou en breton.Pas étonnant qu’on ne les entendent presque plus dans nos églises bretonnes aujourd’hui.
    Quand à la langue bretonne, ce n’est pas nouveau, c’est la république qui veut la faire disparaitre, à l’image d’autres langues régionales sous prétexte que “le français est la langue de la république” et parce qu’elle représente encore un pan de la tradition. Alors bien sur on condamne haut et fort cette volonté de faire disparaitre la langue bretonne mais à coté de ça, les bretons comme les autres continuent de plébisciter le régime des “fossoyeurs de la France”…alors, ne venons pas pleurer!

    Tout le monde s’en f… dites-vous? Oui parce que les bretons n’ont pas assez résistés aux sirènes du Monde moderne qui veut évacuer tout ce qu’il reste de tradition.Aujourd’hui il faut du moderne et du contemporain dans nos sociétés.Tout ce qui sent le “vieux” il faut le rejeter.

    C’est aux bretons de se bouger pour conserver leur langue, la transmettre ainsi que les traditions populaires.C’est au clergé breton (d’origine bretonne car je me doute qu’un prêtre non breton en poste en Bretagne ne verra pas l’intérêt de pratiquer une langue qui n’est pas de ses origines) et aux fidèles bretons de se battre pour qu’il y ai encore des cantiques bretons chantés aux messes et offices.
    Après le latin, l’Église abandonne le breton…c’est la suite logique d’une réforme qui a voulu tourner le dos à la tradition…

    • Tout à fait d’accord, Louis Marie Salaün! Les responsables sont tout autant la république laiciste et jacobine, l’Eglise post conciliaire, mais aussi les Bretons eux-mêmes qui se sont laissés décérébrer!!! Car parmi les personnes les plus hostiles ou indifférentes, je rencontre malheureusement beaucoup de personnes d’origine Bretonne, mais ayant perdu leur langue et leur culture. Rien n’empêche aujourd’hui, légalement, de mettre du Breton. Le problème est la bêtise de la population, qui achève son suicide culturel (et religieux)! Je précise que cet état de fait n’est pas propre à la Bretagne: on le retrouve dans les autres cultures dites régionales. Les cultures dites nationales prennent aussi le même chemin, et selon les mêmes procédés qui ont achevé les cultures dites régionales…..
      Ce qui vient d’ailleurs semble toujours mieux, moderne….Ce qui est d’ici semble vieux, ringard….Alors que TOUTES les cultures sont belles. C’est le syndrome du cheval, qui trouve toujours l’herbe plus verte dans la prairie d’à côté. Nul doute que si la culture Bretonne venait d’ailleurs, beaucoup la trouverait belle et séduisante…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *