Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > Gouel Sant Padrig vat deoc’h holl !

Gouel Sant Padrig vat deoc’h holl !

saint patrickBonne Fête de la Saint Patrick !
Lá fhéile Pádraig sona dhuit !
Gouel Zant Badrig vat deoc’h holl !

Nous sommes aujourd’hui le deuxième dimanche de Carême. Cependant, le 17 mars ne peut faire fi de cette fête nationale irlandaise dans laquelle bien des bretons se reconnaissent aussi.

D’origine britto-romaine, Patrick (dont le prénom de naissance était Maewyn Succat) serait né aux environs de 385 en Bretagne insulaire, à Bannaven Taberniae (ou Banna Venta Berniae), localité située probablement près de Carlisle en Cumbrie. Son père, Calpurnius, était diacre et employé de l’administration et son grand-père était prêtre (à l’époque, le clergé occidental n’était pas encore soumis à l’obligation de célibat). Sa grand-mère était de la Touraine, en France. Son père, bien que diacre, n’était pas considéré comme un homme très religieux, sa situation aisée provenant de la collecte de taxes.

Selon la légende, en 405, à l’âge de seize ans, Maewyn Succat, plus tard, saint Patrick est enlevé par des pirates irlandais, notamment Niall « aux neuf otages », qui le vendent comme esclave. Durant ses six années de captivité (dans une cage), près du bois de Fochoill, en Mayo, il est berger pour le compte d’un chef de clan irlandais. Peu religieux avant sa capture, il rencontre Dieu et devient un chrétien dévot.

En 411, il parvient à s’échapper après que Dieu lui ait dit, dans un de ses rêves, de rejoindre le rivage et de s’embarquer sur un bateau, supposé à 200 km de Waterford ou Wexford. Après trois jours de mer, il débarque sur les côtes anglaises, et peu après les côtes françaises, où il devient prêtre. À l’âge de trente et un ans ou trente deux ans, Maewyn Succat, retrouva donc sa famille. Elle l’accueillit chaleureusement et le supplia de ne plus la quitter. Mais un peu plus tard, pendant la nuit, il eut des visions et entendit « les voix » de ceux qui habitent à côté du bois de Focult à proximité de la mer occidentale, qui criaient, d’une seule voix : « Nous t’implorons saint jeune homme, de venir parmi nous. » « Rendons grâce à Dieu, ajouta-t-il, qu’après plusieurs années le Seigneur a répondu à leur appel ». Il gagne ensuite les îles de Lérins, près de Cannes en France, et s’installe au monastère de Saint-Honorat où il se consacre à des études théologiques pendant deux années. Puis, auprès de saint Germain d’Auxerre, il devient diacre puis évêque.

 En 432, il retourne en Irlande qu’il commence à évangéliser. Il sillonne toute l’Irlande prêchant, enseignant, construisant églises, monastères et écoles. Il fut réputé pour son courage héroïque, son humilité et sa bonté.

Au Rock de Cashel, lors d’un sermon, il montre une feuille de trèfle : – Voilà la figure de la Trinité sainte. Les figures de triades étaient familières à la religion celtique : le trèfle deviendra ainsi le symbole de l’Irlande, grâce à Maewyn Succat. Selon certaine sources (les moines de Lérins en particulier), St Patrick aurait représenté la chapelle de la Sainte Trinité de l’Île Saint-Honorat, qui présentait une forme architecturale proche du trèfle (une nef et trois chapelles circulaires), afin de représenter la Trinité.

Il est ordonné évêque et prend le nom de Patricius (Patrice ou Patrick en latin). En langue gaélique, Patrick s’écrit : Pãdraig.

La légende raconte que c’est à ce moment-là qu’il chasse tous les serpents du pays, action qui symbolise la conversion du peuple irlandais : les serpents représentent l’« antique ennemi », c’est-à-dire Satan, rendu responsable de l’ignorance du Dieu véritable.

Après de longues années d’évangélisation, il se retire à Downpatrick où il meurt le 17 mars 461. Il y est enterré aux côtés de sainte Brigitte et de saint Columcille, tous deux également patrons de l’Irlande.

Lorsque meurt Maewyn Succat, en 461, l’Irlande est chrétienne sans avoir compté un seul martyr, et les monastères y sont très nombreux.

Lorrica de Saint Patrick

Selon la tradition, Saint Patrick – que nous fêtons ce 17 mars- écrivit une très belle prière, connue sous le nom de “Canon de Saint Patrick” ou “Lorrica de Saint Patrick”

L’habitude s’est prise de la dire au début de la journée, il est utile de la dire au moment de partir en voyage, avant de rencontrer un ennemi du Christ, chaque fois qu’il y a lieu de penser que le diable est en train d’agir dans notre maison ou autour de nous.

Crist dom imdegail indiu
ar neim, ar loscud, ar bádud, ar guin,
condom-thair ilar fochraicce.< /span>
Críst limm, Críst reum, Críst im degaid,
Críst indium, Críst ísum, Críst uasum,
Críst desum, Críst tuathum,
Críst i llius, Críst i sius, Críst i n-erus,
Críst i cridiu cech duini immumrorda,
Críst i ngin cech oín rodom-labrathar,
Críst i cech rusc nonom-dercathar,
Críst i cech cluais rodom-chloathar.

Cette prière avait été magnifiquement reprise dans “The Pilgrim”, de Shaun Davey. Nous vous la proposons en version gaélique et avec sa traduction en français via ce lien. Hélène Goussebayle en a composé une belle adaptation en français.

Vous pouvez aussi retrouver sur Kan Iliz un chant dédié à Saint Patrick, en breton vannetais, composé par Uisant Ar Rouz et qui se chante sur l’air de O Sant Matelin benniget, cantique traditionnel entonné à Quistinic (Diocèse de Vannes).

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Chantons ensemble notre hommage à Yann-Fañch Kemener (projet collectif)

Yann-Fañch Kemener, dont les obsèques auront lieu demain à 14h30 à l’église de Sainte-Tréphine(22),  laisse …

Aet eo Yann-Fañch Kemener da Anaon

C’est le coeur lourd que nous vous annonçons le décès de Yann-Fañch Kemener en cette …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *