Saints bretons à découvrir

La cathédrale de Nantes victime d’un violent incendie [MàJ du 19/07/20]

Photo Diocèse de Nantes

Depuis  7h45 ce samedi matin Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes est en proie à un violent incendie au niveau du grand orgue et de l’orgue de chœur. Une centaine de pompiers sont sur place pour tenter de circonscrire le feu. Vers 8h30, les flammes n’étaient plus visibles, mais une épaisse fumée noire se dégageait cependant de la cathédrale. Nous mettons à jour cet article au fur et à mesure des informations. Vous retrouverez des précisions en fin d’article.

Les riverains qui se rendaient tôt ce matin dans les commerces sont évidemment choqués et tristes, impuissants devant le triste spectacle. L’ambiance est donc pesante en ce moment du côté de Nantes.

Un joyau du patrimoine breton en feu

Ce n’est en effet pas la première fois que l’édifice situé au coeur de Nantes, où reposent, entre autres, les ducs Arthur III de Bretagne (compagnon de Jeanne d’Arc, connétable de France puis duc de Bretagne) et François II (père de la duchesse Anne) est touchée par un incendie, sinistre qui reste gravé dans les mémoires. Le 28 janvier 1972, le toit de la cathédrale gothique Saint-Pierre-et-Saint-Paul, bâti entre le XVe et le XIXe siècle, avait été ravagé par les flammes. Le sinistre s’était déclaré suite à des travaux effectués par un couvreur. Après 13 ans de travaux, la cathédrale avait enfin pu être ouverte au culte en 1985.

Cet incendie n’est pas non plus sans rappeler l’incendie qui avait ravagé la basilique Saint Donatien-et-saint-Rogatien le 15 juin 2015 (voir notre article).

Le grand orgue en feu

Dominant majestueusement la nef depuis sa haute tribune érigée en 1620, le grand orgue, auquel on accède par un escalier ne comptant pas moins de …66 marches, est l’œuvre du « facteur » Girardet. Le grand orgue, tout au long de ses 4 siècles d’existence, a partagé la vie de la cathédrale et des Nantais et est un rescapé de la révolution française, des bombardements et de l’incendie de 1972…. Nous en saurons plus dans la journée, mais le grand orgue aurait été totalement détruit. Le vitrail occidental offert par Anne de Bretagne a été totalement soufflé.

Moins de 5 ans après la réception des travaux effectués par François-Henri Cliquot , la révolution française éclate, avec son cortège d’ « exactions » ! A Nantes même, déjà, certaines orgues sont détruites et la cathédrale transformée en « Temple de la raison » : l’orgue est en grand danger et sera sauvé par…l’organiste de l’époque, Denis Joubert qui en y interprétant la Marseillaise, sut convaincre le Comité révolutionnaire de tout l’intérêt qu’il y aurait à conserver l’instrument pour animer les nombreuses « fêtes révolutionnaires » qui se déroulaient dans la cathédrale : pari gagné !

Une dizaine d’années plus tard, c’était l’explosion de la tour des Espagnols, poudrière du Château-des-Ducs, qui détruisait tous les vitraux et les chapelles de la nef collatérale sud, sans toutefois causer de dommage à l’orgue. Quelques 150 ans après, ce fut autour des bombardements de menacer le transept sud de l’édifice et le « mobilier » de la cathédrale.

Enfin, dans la nuit du terrible incendie du 28 Janvier 1972, seuls le courage et l’abnégation des compagnons de la « Manufacture Beuchet-Debierre », rappelés de nuit, Joseph Beuchet fils à leur tête, et de l’abbé Félix Moreau, lui aussi présent, agissant en concertation avec les pompiers, permirent de sauver le grand orgue, inauguré deux mois auparavant, après 10 ans de silence.

Espérons que les Bretons (collectivités, entreprises et individuels) auront le même élan de mécénat pour permettre la restauration de la cathédrale qu’ils l’ont eu pour Notre-Dame de Paris.

De nombreux témoignages de soutien

Les réseaux sociaux voient affluer les témoignages de soutien. Le premier ministre français Jean Castex vient de publier ce tweet :En pensée avec nos sapeurs-pompiers mobilisés courageusement pour circonscrire l’incendie de la cathédrale de Nantes. Je les assure de mon soutien et de ma profonde gratitude. Aux Nantais, dont je partage l’émotion, je veux dire ma solidarité”. Loïg-Chesnais-Girard dit son “soutien aux sapeurs-pompiers qui combattent actuellement l’incendie de la cathédrale de Nantes. Pensées à tous les habitants et amoureux de Nantes, ainsi qu’à Johanna Rolland”. Des prêtres comme le Père Nicolas Guillou assure les nantais de ses prières. Monseigneur Moutel, évêque de Saint-Brieuc & Tréguier, dit sa “solidarité avec tous les nantais et union de prière avec le Diocèse de Nantes”.

Nous espérons que les Bretons (collectivités, entreprises et individuels), conscients de leur patrimoine inestimable, auront le même élan de mécénat pour permettre la restauration de la cathédrale qu’ils l’ont eu pour Notre-Dame de Paris.

ADD : à 10h05, les pompiers viennent d’annoncer que le feu est maîtrisé et que la structure n’est pas en danger. Ils ont précisé que la charpente en béton de la toiture a permis de sauver la cathédrale. La piste criminelle semble être envisagée car il y aura eu plusieurs départs de feu.

A 10h30 : Selon le procureur de la République de Nantes, Pierre Sennès, « trois départs de feu » ont été observés à l’intérieur de la cathédrale de Nantes, ce samedi matin. « Un au niveau du grand orgue, un à droite et un autre à gauche de la nef ». La Police judiciaire est saisie.

L’incendie a provoqué de nombreux dégâts à l’intérieur de la cathédrale. En particulier, la disparition du Grand Orgue, des stalles et de la console de l’orgue de choeur, tous détruits.

Crédit Photos : Diocèse de Nantes

Pour en savoir plus sur l’histoire de l’orgue, cliquez ici.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Kelenn, ou l’alliance du rap, du Barzaz Breizh & des cantiques bretons

Une découverte musicale : nous ne partageons pas souvent du rap ou du hip-hop, mais …

Lorient : le festival des cornemuses en 1972

8 août 1972 : une grande fête populaire bretonne, le Festival des cornemuses, se déroule …

4 Commentaires

  1. si c’est intentionnel c’est plus que réprimable. Sans prendre au patrimoine est pour moi (guide raconteur de pays) révoltant.

  2. Dominique de Lafforest

    “signes par milliers”!!! a nous de les voir!

  3. “On” nous teste et, malheureusement, il n’y a que très très peu de réactions militantes de notre camp. Pourtant, la Bretagne est une ruche de militants catholiques et/ou nationaux; minoritaires soit, mais nous sommes des centaines voire… à avoir fréquenter l’Emsav. Si ces flammes pouvaient nous redonner de la vigueur avec tous nos âges, convertir de nouveaux militants…De Nevenoe aux Bonnets Rouges, de Cadoudal aux camarades de l’abbé Perrot, les Bretons ont toujours inquiété leurs ennemis. Pourquoi en serait-il autrement en ce jour? Breton Maître chez Toi!

    • Pourquoi ? Parce que, mon cher monsieur, il ne faut point confondre ”cause” et ”conséquence”.
      Aussi, cessez donc de vous illusionner, de grâce, en persistant de croire que toutes ces catastrophes vont maintenant tirer les bretons de leur léthargie ! C’est grotesque.
      Votre bonne volonté vous masque la gravité de la situation.
      Ces catastrophes en série ne se réalisent que parce que les cerveaux de nos contemporains sont totalement anesthésiés. Militants bretons y compris. La plupart d’entre eux ne sont d’ailleurs que des petits gauchistes politiquement corrects, conformistes et sous-virilisés. Quand à la fausse droite, elle est pire que la gauche. Ne comptez plus sur aucun d’entre eux pour défendre quoique ce soit en Bretagne. De la cathédrale de Nantes comme de son patrimoine spirituel, comprenez bien qu’ils s’en foutent totalement. Ces pauvres types sont tous des collabos complexés qui participent à leur manière au décervelage ambiant (Seul ne compte plus que leur sale fric !). Pour le reste, ce n’est pas avec des idéaux fictifs, genre “ripoublicain”, hérités de groupuscules sectaires, qu’on défendra au mieux la Bretagne jeune homme.
      Les bretons sont une nation spirituelle, et toutes tentatives de la ressusciter sur d’autres principes sont d’avance vouées à l’échec. Il y a urgence à se l’enfoncer dans le crâne une bonne fois pour toute.
      En résumé : Pas de résurrection de la Bretagne sans retour à la foi de nos pères. Et pour vous aider dans ce combat, méditez bien ceci : “Tout ce qui est né de Dieu triomphe du monde, et notre victoire c’est notre foi”.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *