Saints bretons à découvrir

Le nom de Saint Jaoua, Iahoa, Iahoew ou Ioeuin

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

Le nom primitif du fondateur de l’abbaye de Daoulas, Saint « Jaoua », est conservé dans la première Vie de Saint Pol-Aurélien, sous la forme latinisée  IAHOEUIUS, ce qui représente le vieux-breton IAHOEW. On trouve aussi IAHOEUIUS dans la litanie du psautier manuscrit conservé à la cathédrale de Salisbury (ms n°180) qui, selon toute apparence, est une copie d’une litanie de l’abbaye de Daoulas.

Le nom de IAHOEW est très particulier, car il est composé de deux éléments qui ne se retrouvent pas dans d’autres noms.

Le deuxième élément : -HOEW est bien connu en gallois, sous la forme HOYW. Il signifie « alerte, vif ».

Quant au premier élément, IA-, J. Loth (NSB134) avance qu’il serait probablement « iaou, jeune ». Cette « probabilité » est à exclure. IAOU n’est pas une graphie francisée de IOW, qui ne signifie pas « jeune », mais « plus jeune, junior, cadet ». Il y a donc double impossibilité :

1- le vbr IOW ne peut donner IA-

2 – un comparatif n’a pas de sens dans un nom propre

Il n’existe qu’un seul mot connu qui puisse être le premier élément du nom : IA, qui signifie « glace ». A première vue »alerte avec (ou dans) la glace ». peut étonner. A la réflexion, cela devient pourtant vraisemblable.

Souvenons-nous en effet que Daoulas n’est qu’à 4 km de Dirinon, réputé être le lieu de naissance de Saint Dewi, le fameux patron du Pays de Galles, qui était surnommé Dyvrwr, l’aquatique, à cause de la pratique des bains froids qui était celle de sa congrégation, héritée de Saint Dubricius, l’Aquatique (du vieux-celtique *dubron, eau, breton dour, dowr).

La pratique des bains rituels dans le christianisme est un héritage des Esséniens de Judée et des Thérapeutes d’Egypte. Peut-être est-il bon de préciser que c’est une ascèse, mais non pas le recherche d’une souffrance : c’est un exploit du même ordre que celui des Yogi himalayens qui peuvent passer des journées nus dans la neige éternelle, sans en tomber malades, leur chaleur intérieure compensant le froid extérieur.

Ce feu intérieur n’était d’ailleurs pas inconnu chez les Celtes, comme le montre l’épisode de l’épopée irlandaise où le héros Cuchullin est si possédé de la chaleur magique du combat qu’il faut le plonger successivement dans plusieurs cuves d’eau froide pour le faire revenir à son état normal.

Les ascètes « aquatiques » bretons étaient donc si enflammés de l’amour divin qu’ils pouvaient sans risque de pneumonie se plonger en toute saison dans l’eau froide, voire dans l’eau glacée. Tel était le cas de Saint Iahoew, « alerte dans la glace ».

Cette interprétation concorde avec les traditions qui mettent notre saint en relation surtout avec Saint Pol de Léon, qui lui même aurait été le « maître-ès-arts » de saint Dewi. On notera que Trébéolin, en Dirinonn, contient le nom de Pewlin (Peulin est le nom le plus usité en Galles pour Pol-Aurélien) et que le nom de Pedel, en Plougastel, est celui d’un frère de Saint Pol. On notera encore que l’on fête la « naissance au ciel » de Jaoua le 2 mars, alors que celle de Dewi et de Non, sa mère est au 1er mars, celle de Gwennolé le 3 mars et cekke de Pol-Aurélien le 12 mars. C’est l’époque de la fonte des neiges…

Le vbr IAHOEW donne régulièrement, en breton léonais moderne, IAHOA qui, déformé en français est devenu JAOUA. La forme latine IOEUINUS (notamment dans le Bréviaire du Léon) a manifestement été obtenue en élaguant I(ah)OEU et en ajoutant -INUS sur le modèle de IOUINUS.

 * Ouvrages de l’auteur :

  • L’origine géographique des Bretons armoricains. Série Etudes et recherches de Dalc’homp Soñj
  • Ecrire le gallo : précis d’orthographe britto-romane
  • Petite histoire linguistique de la Bretagne
  • Introduction à la connaissance du gallo
  • Liste des communes galaises du département des Côtes-d’Armor (avec la coll.de Jean-Luc Ramel)
  • Liste des communes du département de l’Ille-et-Vilaine (avec la coll.de Jean-Luc Ramel)
  • Liste des communes du département de Loire-de-Bretagne (avec la coll.de Jean-Luc Ramel)
  • Liste des communes galaises du département du Morbihan (avec la coll.de Jean-Luc Ramel)
  • La Naissance des nations brittoniques – de 367 à 410 –Ploudalmézeau : Editions Label LN, 2009
 
 

Note : tous les articles de ce blog sont la propriété exclusive d’Ar Gedour et/ou de leurs auteurs, et ne peuvent être utilisés sans autorisation de notre part ou de celle des auteurs. 

À propos du rédacteur Alan Joseph Raude

Linguiste, historien et hagiographe, il a notamment publié des ouvrages sur l'origine géographique des Bretons armoricains et sur l'histoire linguistique de la Bretagne.

Articles du même auteur

vallée des saints

29 mars : Saint Gonlew / Gonlay / Gwenlew

Aujourd'hui nous fêtons Saint Gonlew (ou Gonlay, Gwenlew et Uuinleu en Bretagne - Gwynllyw et Gwnlei au Pays de galles). C'est un roi gallois qui a vécu entre la fin du Ve s. et le début du VIe s. (mort sans doute vers 520). 

vallée des saints

TEMPORE CHLOTARII REGIS

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minParce qu’il est toujours bon d’en savoir plus …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.