Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Liturgie > LES HYMNES BRETONS DE LA FETE DES MORTS & DES FUNERAILLES

LES HYMNES BRETONS DE LA FETE DES MORTS & DES FUNERAILLES

 20141027_122200.jpgLes Bretons ont toujours eu une «relation intime» avec la Mort, non pas par un penchant morbide douteux, mais par une lucide conscience que leur «fin dernière», le futur « bien-être » de leur âme était une affaire trop sérieuse pour la négliger.

L’Ankou, ce personnage emblématique des «Légendes de la Mort», était «l’invité surprise» qu’il fallait aussi ménager…

L’Eglise, le Mercredi des Cendres, le rappelait en appliquant celles-ci sur les fronts, de «ne pas oublier qu’on n’était que poussière, et que l’on retournerait en poussière». Et si l’intéressé s’abandonnait à l’oublier, certains frontons des ossuaires (1) affichaient sans détours l’adresse du défunt aux vivants :

«Hodie mihi, cras tibi» ( aujourd’hui à moi, demain à toi ).

La littérature bretonne est riche de légendes mettant en scène la mort, dont les fameuse «Légendes» d’Anatole Le Braz, ou encore le «Mirouer de la Mort», long poème breton du XVI e siècle (2). Jean-Pierre Calloc’h dans ses « Lais » de son célèbre «War an Daoulin» exprimera aussi cette relation intime avec la mort. Bien des écrivains et dramaturges, comme Tanguy Malmanche seront inspirés par «Elle». Des musiciens comme Jef Le Penven ou Guy Ropars puiseront les sources de leurs œuvres dans le riche patrimoine des hymnes bretons pour les défunts. Un patrimoine musical – qui n’aura d’égal que la «Messe des défunts» grégorienne, dont le Requiem, le Dies Irae, le Libera, le Languentibus in Purgatorio* ou l’In Paradisum – seront également à l’origine de leurs plus belles compositions. Signalons encore, le cantique des funérailles du film «Dieu a besoin des hommes», « Klemm ar re Dremenet » ( La plainte des Trépassés ) écrite par Herry Caouissin, conseiller de Jean Delannoy, et dont la musique fut composée par René Cloérec.

Une autre œuvre, peu connue, qui, bien que profane, mérite ici d’être signalée, c’est «Koroll ar Vuhez hag ar Maro» (La Danse de la Vie et de la Mort), pièce de Xavier De Langlais et musique de Georges Harnoux, dans laquelle nous retrouvons la «Gwerz ar Purgator». Cette œuvre admirable, composée spécialement pour être jouée au Bleun-Brug de 1939, ne le sera pas pour cause de déclaration de guerre…

Le Chanoine Pérennès, dans son remarquable recueil des «Hymnes bretons de la Fête des Morts en Basse-Bretagne» (3),20141027_122444.jpg écrit :

«Si l’âme bretonne est plus sensibles qu’aucune autre au « charme de la mort », si elle peut dire, avec Jean-Pierre Calloc’h que « Songer aux choses mortes est [son] plaisir» ( Soñjal en treu marù zo me flijadur ), cela vient de ce qu’elle est foncièrement chrétienne. Toute pleine de sentiment de la mort, l’âme bretonne l’a exprimé en des termes d’une vivacité et d’une intensité extraordinaires. C’est à cette mine riche et féconde qu’il faut aller puiser, si l’on veut apprécier à sa juste valeur la foi ardente et la piété profonde du peuple breton, dans le culte qu’il rend à ses morts »

Et c’est précisément dans les admirables «Gwerzoù» et cantiques que toute cette foi et piété s’expriment librement.

Notre propos n’est pas dans le cadre de cet article de faire l’historique des traditions funèbres bretonnes, traditions qui aujourd’hui appartiennent toutes, dans justement ce qu’elles avaient de bretonnes, au passé. Désormais, la relation qu’a le Breton, et pas seulement lui, avec la mort et ses défunts, suit la même évolution que partout ailleurs : un « décrochage » avec tout un rituel et une pensée chrétienne pour faire place à une « dépersonnalisation » de la mort, liée à la faveur que connaît désormais l’usage de la crémation, choix qui impose sa propre «liturgie» nihiliste.

20141027_122521.jpg
Arch. Ar Gedour – Réal. Ololê / Micheau-Vernez

Restent, pour nous Bretons, nos cantiques qui expriment toute l’âme bretonne face à la mort. Mais justement, est-ce que, à l’instar de nos traditions…défuntes, nos cantiques ne le seraient-ils pas aussi ? De nos jours, les obsèques en Bretagne jadis bretonnante, sont à l’image des obsèques de n’importe quelle région de France. Dans nos églises on n’y exprime plus guère en ces occasions cette «Espérance du Ciel» par nos cantiques, évincés au profit de tout un répertoire en français d’une assez grande pauvreté et…tristesse, d’où il est parfois difficile d’y trouver exprimé ce « Dies Natalis in Caeli » (Jour de Naissance au Ciel) comme l’enseignait l’Eglise. A cet abandon, seul, en diverses paroisses a survécu notre admirable «Ar Baradoz» (Cantique du Paradis), qui d’ailleurs connaît un renouveau. Il est vrai aussi, qu’ici ou là, on lui préfère sa «copie» en français, sur le même air, l’insignifiant « Jésus qui êtes aux Cieux ».

L’Eglise, dans sa liturgie des défunts, n’emploie pas le mot de mort, mais lui préfère celui de repos. Le cimetière est le lieu où le défunt «repose», qu’exprime l’épitaphe «Requiescant in pace» inscrite encore sur bien des tombes. C’est ce même «repos» dans «l’Espérance du Paradis» que chantent nos cantiques. Mais, certains n’hésitent pas à dire toute la «crainte» du défunt appelé à comparaître devant la «Justice Divine», et la perspective préliminaire du «Purgatoire», véritable épreuve pour l’âme du pêcheur.

Ainsi, si le «Kantik Ar Baradoz» exprime la joie du Paradis, la récompense de tout bon chrétien : «O soñjal deiz ha noz. E gloar ar baradoz» ( Je songe, le jour et la nuit, à la gloire du Paradis). Le «Baradoz Dudius» (Paradis Merveilleux) exprime l’aspiration de l’âme à entrer dans «La Patrie des Saints, sa patrie» :

Baradoz dudius ! Bro ar Zent eo va bro. A ! Pegen everus . E vin me bepred eno !

Mais les cantiques n’hésitent pas non plus à rappeler aux vivants qui les chantent que l’âme du défunt se retrouve aussi face à la Justice de son Créateur et qu’elle espère en sa Miséricorde. Une âme qui appelle à l’aide, par leurs prières, les parents, les amis. On retrouve ces suppliques poignantes dans bien des «Gwerzoù», mais surtout dans ce chef-d’œuvre, la «Gwerz ar Purgator» (La Complainte du Purgatoire) : «Breudeur, kerent ha mignoned, En an’Doue, hor selaouet, En an’Doue, hor sikouret» (Frères, parents et amis, au nom de Dieu, écoutez moi, au nom de Dieu secourez-moi !) Le cantique vannetais «Kristenion vat» (Bons chrétiens ) est une adresse aux vivants :  l’âme maintenue au Purgatoire se sent comme abandonnée et réclame leur secours «O ! Ni ho ped, hur sekouret !” (Ho ! Nous vous en prions, aidez-nous !). .  Le “Tremen ra pep tra” évoque «le temps qui passe», où toute chose est éphémère.

Nous ne pouvons ici faire toute la recension de ce riche patrimoine. Il est d’autant plus riche, que ces cantiques sont pour un20141027_122431.jpg chrétien qui sait les lire et les comprendre, toujours d’actualité dans leur vérité théologique simple de la mort. Quant à leur musique, à l’instar de la liturgie grégorienne, elle élève l’âme des vivants vers le Ciel, et la met en véritable communion avec le défunt à qui les vivants s’adressent en cet instant. Nous avons des témoignages de gens qui, croyants ou non, ayant assistés à des obsèques durant lesquelles étaient chantés nos cantiques bretons, ont été bouleversés, et cela a été le commencement d’un «retour vers Dieu», ou d’une profonde interrogation sur leur propre mort.

La liturgie chrétienne des défunts, sans pour autant ignorer la douleur de la perte d’un être cher, ne s’est jamais voulu triste dans ses expressions, mais a toujours voulu que cette douleur soit dépassée par l’Espérance, d’où la grande sérénité de ses hymnes, faisant perdre à la mort son caractère redoutable : «Mort où est ta victoire !»… c’est bien cela que chantent nos cantiques.

Nous ne pouvons que regretter que nos cantiques bretons des défunts, plus encore que tous les autres, ne soient plus que «pièces de musées», ou pour récitals religieux ; à leur tour, ils sont morts. Il nous appartient de les faire revivre en les rendant aux vivants.

 

SOURCES & NOTES :

*Addendum : Merci à un lecteur de nous avoir rappelé ce motet “Languentibus in purgatorio”, composé au XIVème siècle par Jean de Langouerzou, abbé de Landévennec.

1) “Crèches aux os & chapelles des morts en Bretagne” – Fons de Korp (Editions Label LN – 2013)

2 ) « Le Mirouer de la Mort », poème breton du XVI e siècle, traduit et annoté par Emile Ernault ( 1914 ), Paris librairie ancienne H ;Champion éditeur.

3 ) « Les Hymnes de la Fête des Morts en Basse-Bretagne » recueil du Chanoine Pérennès, 1925, et « La Mort en Basse-Bretagne » ( 1924 ), bref étude des traditions funéraires bretonnes.

J’ai aimé cet article : je clique ici pour vous aider

À propos du rédacteur Youenn Caouissin

Auteur de nombreux articles dans la presse bretonne, il dresse pour Ar Gedour les portraits de hauts personnages de l'histoire religieuse bretonne, ou encore des articles sur l'aspect culturel et spirituel breton.

Articles du même auteur

Nos défunts & le cimetière : au bord mystérieux de l’au-delà

En cette Fête de la Toussaint et du 2 novembre, il était naturel de parler …

RESURRECTION DE NOTRE-DAME DE KOAD-KEO : UNE ŒUVRE MOTIVEE PAR UN IMMENSE AMOUR POUR LA MERE DU CHRIST

L’abbé Yann-Vari Perrot avait la réputation d’être un prêtre bâtisseur. Dans toutes les paroisses où …

14 Commentaires

  1. oh oui! Rien n’empêche un curé (sauf le candisation… cad l’opinion de deux ou trois paroissiennes influentes) de faire apprendre ces très beaux cantiques,en Breton, et de les offrir aux affligés! Même s’ils ne comprennent pas les paroles bretonnes,ils seront saisis par le ton et la musique. Exprience le confirme!

  2. J’ai découvert cet article par le site Aleteia. C’est très intéressant, et il est bien dommage que ces chants ne soient pas plus proposés en paroisse.

  3. Merci ! Grâce à vous j’ai pu trouver un chant en breton pour les obsèques d’un proche.

  4. En Bretagne (et pas seulement), la fête des morts se confond avec la Toussaint depuis très longtemps. La fête païenne celtique de Samain est certes à l’origine de la Toussaint et c’est pour celaq u’une commémoration spéciale pour les défunts a été instituée le 2 novembre. Si l’on veut célébrer aussi dignement tous les saints (en plus de nos fidèles défunts et des âmes du Purgatoire), il existe un très beau cantique dans le Livr kanenneù éskopti Gwéned : “Sent ag en néañ”, écrit par le père Larboulette (S.J) et révisé par le chanoine Le Priellec ; il se chante sur un air plus connu dorénavant sous sa forme française ” ô croix dressé sur le monde…” Voici les premiers couplets en attendant d’avoir la version intégrale notée…

    1. Sent ag e néañv, deomp laret, Saints du ciel, dites-nous,
    Bremañ pen doh get Doué, Maintenant que vous êtes avec Dieu,
    Pé eurusted peus kavet Quel bonheur avez-vous trouvé ?
    Arlerh poén er vuhé ! Après les peines de la vie.
    Dén ar en douar n’hell komprenn Personne sur terre ne peut comprendre
    Pé ker bras eurusted, Quel bonheur si grand,
    Pé madeù e ra amañ Quels biens
    Hon Doué d’o amied. Dieu donne ici à ses amis.

    2.Hwi Apostoled Jézus, Vous, apôtres de Jésus,
    Hag en deus dilézet Qui avez délaissé
    Pep tra d’en héli gredus Toute chose pour le suivre avec ferveur
    Pé digoll ho peus bet ? Quelle récompense avez-vous eue ?
    Reit en deus kant ‘eit unan Il a donné en retour cent fois plus
    Ag er madeù laosket, que les biens perdus
    Buhé éternél én néañv La vie éternelle au ciel
    Èl m’en doé deomp laret. Comme il l’avait promis.

    3.Hwi holl, Martired nerhus, Vous tous ardents martyrs,
    ‘Eit er fé boureùet. Torturés pour la foi.
    Petra hoes bet get Jézus Qu’avez-vous eu de la part de Jésus
    Aveit ho kwaed skuilhet ? Pour votre sang versé ?
    Èl rouéed é-kreiz er gloér Comme des rois au milieu de leur gloire
    Ni e zoug ar hor penn Nous portons sur notre tête
    ‘Eit er briz ag hor viktoér Pour prix de notre victoire
    Er gærañ kouronenn. La plus belle des couronnes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *