Saints bretons à découvrir

L’Oeuvre Saint-Joseph rachète l’abbaye de Montfort-sur-Meu

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Nous en parlions en octobre 2015 mais ce n’est qu’en ce début d’année 2017 que le projet a pu aboutir : l’abbatiale Saint-Jacques-de-Montfort, à Montfort-sur-Meu (Diocèse de Rennes, Dol & Saint-Malo) a été cédée à l’Oeuvre Saint Joseph, présidée par Philippe Abjean.

Cet édifice aujourd’hui en ruine avait été fondée en 1152 par Guillaume Ier de Montfort. Autant dire qu’il fait partie de notre patrimoine culturel et spirituel breton. De l’abbaye Saint-Jacques reconstruite au XIVe siècle ne subsiste que l’ancienne église abbatiale avec son portail du XIVe, inscrit aux Monuments historiques.

Fermée à la Révolution, l’abbaye de Monfort a abrité les Chanoines Réguliers de Saint-Augustin dont la règle était la plus austère de toutes les règles monastiques de l’époque, rappelle le Père Blot, responsable de la Commission diocésaine d’Art sacré d’Ille-et-Vilaine. Habillés de blanc et ne portant aucun linge, les religieux, qui ne mangeaient jamais de viande, s’astreignaient à un silence continu et absolu.

Propriétés du CFTA de Montfort-sur-Meu, un établissement d’enseignement agricole, les ruines ont donc été cédées pour un euro symbolique (+ les frais de la transaction et le coût de l’étude des Bâtiments de France, soit 6 000 €) à l’Oeuvre de Saint-Joseph, qui s’attache à restaurer et faire revivre les chapelles et lieux religieux sur les chemins du Tro Breiz et de Saint-Jacques. Une équipe, coordonnée par François de l’Espinay, président d’une association de sauvegarde du patrimoine, est prête à relever patiemment l’abbaye de ses ruines à coups de chantiers de bénévoles, pour l’essentiel.

Avant de réfléchir à l’utilisation future de l’abbatiale, et notamment une étape pour les pèlerins, la priorité sera de sécuriser son fronton, classé aux Monuments historiques.

Ensuite, il faudrait lui reposer un toit, mais cela nécessitera plusieurs milliers d’euros…

« On ne pourra rien faire sans argent », admet François de l’Espinay, président de l’association locale des Ouvriers de Saint-Jacques, à qui Philippe Abjean a confié la gestion du site. Un appel est donc lancé aux donateurs et aux mécènes.

Contact : Les Ouvriers de Saint-Jacques, Montoray, 35750 Saint-Maugan. Tél. 06 61 85 39 11, adresse e-mail: fr.delespinay@gmail.com

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Les saints qui guérissent en Bretagne

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minDepuis des centaines d’années, des dizaines de générations …

[AURAY] Conférence sur Pierre de Keriolet le 21 février 2024

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minL’ensemble paroissial Auray-Pluneret (Morbihan) propose, mercredi 21 février …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *