[PARDONS DE BRETAGNE] Lothéa en Quimperlé

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Une nouvelle rubrique voit le jour depuis quelques semaines, pour mettre en avant différents pardons bretons, mais aussi pour permettre aux organisateurs d’avancer sur certains sujets. Ces articles ne seront donc pas uniquement là pour relater l’actualité des pardons mais aussi pour parler de la liturgie, proposer des points à améliorer, donner des idées de dynamisation, etc… Les comités de chapelles et animateurs se donnent souvent sans compter, mais malgré la bonne volonté, ils peuvent être démunis notamment sur l’aspect religieux.

 Il ne s’agit donc pas de faire ici des articles “critiques” mais constructifs, à l’adresse des comités concernés mais aussi des autres car ce qui est valable pour l’un peut aussi l’être pour un autre.. Ar Gedour est bien évidemment prêt à aider sur demande, comme c’est déjà parfois le cas. Rendez-vous dans la rubrique “Organisation de Pardons” pour plus d’informations. 

 

lothéaDimanche 31 mai, en la Fête de la Sainte-Trinité, c’était comme tous les ans, le Pardon de la chapelle de Lothéa en Quimperlé. Mais c’était aussi les 30 ans de la résurrection de la chapelle. Une chapelle qui revenait de très loin, tant elle n’était en 1985 qu’une affligeante ruine, dont il ne restait plus que le pignon principal et une moitié de clocher. Grâce à toute une équipe de bénévoles très motivés, qui a osée se lancer dans l’aventure, non pas d’une restauration, mais d’une reconstruction à l’identique, elle est redevenue une superbe chapelle, dans son environnement préservé.

Restaurer les pierres, c’est bien, mais  pour le Comité de la chapelle il fallait aussi leur  redonner une vie spirituelle et placer le Christ au coeur de tout cela. C’est ainsi que renaissait le Pardon. Mais un Pardon authentiquement breton, pour le plaisir de l’âme et des yeux. Messe trilingue (français, latin breton ) où dominaient les cantiques bretons. A la fin de la messe, distribution du traditionnel «pain béni» par d’élégantes fillettes et jeunes filles en costumes des pays de Quimperlé-Fouesnant-Pont-Aven, des hommes en «glazik», et bien sûr les bannières. Le Pardon de Lothéa, qui est jumelé avec d’autres chapelles consacrées également à Saint Théa, en Bretagne, au Pays de Galles, en Cornouailles, recevait comme tous les ans une délégation de ces paroisses soeurs

 

Par sa forte identité bretonne, ce Pardon de Lothéa est le modèle même dont devraient s’inspirer bien d’autres Pardons, qui s’ils ont le mérite d’exister, sont parfois dépourvus de toute «âme bretonne».

 

POINTS FORTS :  

– Culture bretonne fortement présente, ce qui attire beaucoup de monde et permet de toucher au coeur des gens même parfois loin de l’Eglise. 

– une liturgie soignée, chantée en breton, latin et français (avec le chant à St Théa en breton, le Credo en latin, le sanctus en breton, l’Agnus de la messe royale de Dumont, un Angelus en breton pour terminer… ): un bémol toutefois sur le Gloria en breton (cf “points à améliorer”)

– Les feuillets de messe étaient bilingues, ce qui est un bon point permettant aux non-brittophones de comprendre ce qui est chanté et donc de s’ouvrir un peu plus à la langue. 

– Implication des enfants, qui sont l’avenir de l’Eglise et de ces pardons. 

 

POINTS A AMELIORER

– Concernant les feuillets bilingues, il serait souhaitable d’insérer aussi la traduction du Credo pour ceux qui ne connaissent pas le latin. 

– Concernant le Gloria en breton : même si les paroles se rapprochaient de ce que demande l’Eglise, il n’est pas permis de changer les paroles de ce chant (cf Présentation Générale du Missel Romain). Il existe plusieurs Gloria en breton dont les paroles sont conformes, que vous pouvez retrouver sur Kan Iliz

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

christmas-étoile de Noel

Et si le martyrologe était chanté dans vos paroisses à Noël ?

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min Le martyrologe de Noël est rarement repris …

quistinic ar gedour noel

MESSE DE NOEL 2023 en breton, bilingue ou trilingue : où aller ? [MàJ du 30/11/2023]

Pour ce Noël 2021, où trouver une messe de Noël en breton, en breton-français, ou en breton-français-latin ? Ar Gedour vous guide en répertoriant les offices (mise à jour actualisée jusqu'au 24/12). Téléchargez les feuillets de messe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *