Saints bretons à découvrir

[PLONEOUR LANVERN] La Vierge de Languivoa est restaurée

Photo Ouest-France
Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Lu dans Ouest-France (13/08/2016) :

« En 2012, pour le 45e anniversaire, Languivoa a pu retrouver sa cloche à l’initiative de l’association qui en a financé la réalisation et qui en a fait don à la commune. Grâce à l’argent de donateurs, depuis plusieurs années, nous avons pu faire restaurer la Vierge de Notre-Dame de Languivoa en finançant la part communale de 4 300 €, le reste étant financé par l’État, le Département et la Région », explique la présidente de l’association Maria Ménardeau.

Une statue de 600 kg haute d’1,80 m

La Vierge de Notre-Dame de Languivoa, classée au titre des Monuments historiques est une oeuvre remarquable : sculptée dans la masse, elle est en pierre calcaire, pèse 600 kg et sa taille monumentale de 1,80 m fait d’elle une pièce exceptionnelle.

Maria Ménardeau, qui a grandi dans le hameau de Languivoa raconte :

« Il y a dans la chapelle une photo de pardon d’avant-guerre où l’on sortait la statue pour l’amener jusqu’à l’église paroissiale. Il fallait neuf hommes pour porter ses 600 kg et à l’époque, il n’y avait qu’un petit chemin de terre pour rallier le bourg à 3 kilomètres !, et de poursuivre : Durant la restauration de la chapelle, la statue avait été remisée au fond de l’église paroissiale ; elle est datée du XIVe siècle et a été recouverte au fil des siècles par neuf couches de peinture. »

L’étude menée par l’Atelier régional de restauration de Kerguenennec à Bignan (Morbihan) a révélé l’exceptionnelle conservation des décors les plus anciens. Pas moins de 384 heures de travail ont permis de retirer minutieusement les différentes couches de peinture pour revenir à la polychromie initiale du XIVe siècle.

Partie le 24 septembre 2015, la Vierge de Languivoa a retrouvé sa chapelle fin juillet. « Aucune archive ou photo ne montre où elle était », remarque Maria, en admirant la statue installée désormais sur l’un des autels d’offrande. Vêtue de rouge, qui était la couleur royale, voile bleu et blanc, elle sera, lundi (NDLR : 15 août), sans aucun doute, l’objet de tous les regards.

(Trugarez da Benead evit ar gavadenn)

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

Un appel au don pour restaurer Sainte Anne-la-Palud

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min Le passant ou le promeneur l’aura remarqué …

Le 13 mai 1645 disparaissait Yvon Nicolazic

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Le 13 mai, c’est la Fête de …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *