Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > [REVUE DE PRESSE] L’abbé Jérôme Lebel est le nouveau recteur de Guilliers

[REVUE DE PRESSE] L’abbé Jérôme Lebel est le nouveau recteur de Guilliers

Les paroissiens d’Évriguet, de Guilliers, de Tréhorenteuc et de Néant-sur-Yvel ont rencontré, mardi, leur nouveau recteur : l’abbé Jérôme Lebel.

“Notre évêque a joué le standardiste », plaisante Jérôme Lebel, nouveau recteur en charge des âmes catholiques des quatre paroisses : Tréhorenteuc, Évriguet, Néant-sur-Yvel et Guilliers.

Ainsi, à l’époque des connexions presque miraculeuses, Mgr Centène a fait le lien entre les paroissiens qui cherchaient un curé et un prêtre volontaire, pour une nouvelle mission apostolique. « Un de mes amis a participé à un séminaire à Rome, où il a rencontré l’évêque. À son retour, il m’a conseillé de le rencontrer », se souvient père Jérôme, qui est venu de Lyon à Vannes, à la recherche de son futur « peuple chrétien. Avant de prendre ma décision définitive, je suis allé me ressourcer à d’abbaye de Sainte-Anne de Kergonan, c’était le temps de Carême », confie-t-il.

Après de longues études scientifiques, en chimie, à Paris, à Manchester, à Surrey (sud de Londres), Jérôme Lebel, né à Compiègne, s’est retrouvé sur la route du séminaire international Saint-Pierre de Wigratzbad, situé en Bavière, près des frontières autrichienne et suisse.

Cette « grande école » forme, pendant sept ans, les prêtres catholiques attachés à la liturgie traditionnelle du rite romain. Le séminaire a été fondé par la Fraternité sacerdotale Saint-Pierre, une communauté créée en 1988, à l’Abbaye d’Hauterive (Suisse), par une douzaine de prêtres et quelques séminaristes qui refusaient alors de suivre Mgr Lefebvre.

« L’appel lors de la première communion »

La foi, l’éducation, l’attachement sans faille au Vatican sont les piliers des prêtres formés dans ce séminaire. « J’ai pris la décision de rentrer au séminaire à 27 ans. C’était après mes études à Surrey, où j’ai retrouvé un ami, Mickaël Bouix, originaire de Pontivy. Nous nous sommes mutuellement encouragés dans notre foi chrétienne », témoigne père Jérôme, 46 ans.

Mais avant, bien avant, « l’eucharistie lors de la première communion » a été le moment « d’appel ». Ses origines polonaises « du côté de ma mère » ont aussi, inévitablement, posé les jalons de sacerdoce.

Ordonné diacre, l’abbé Jérôme Lebel part dans l’Ohio, puis il est nommé en Californie pour les deux premières années de la prêtrise. Au retour en France, il a travaillé pour la Fraternité Saint-Pierre, à Lyon. « Aujourd’hui, je suis de retour dans un autre far-west, ici en Bretagne », remarque-t-il, amusé et impatient de rencontrer ses paroissiens.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[QUIMPER] Pardon de St Corentin le 16/12/2018

E vo lidet an oferenn e brezhoneg disul a zeu, d’ar 16 a viz kerzu, …

vierge marie

Alma Redemptoris Mater

En ce second dimanche de l’Avent et au lendemain de la solennité de l’Immaculée Conception, …

3 Commentaires

  1. degemer mat, aotrou Person, ha trugarez braz
    a galon

  2. bienvenu au pays breton! Venez donc marcher avec nous cet été, de Tréguier vers Saint-Brieuc! Rien de tel pour “respirer l’odeur des brebis”!!!

  3. Degemer mat ! 🙂

    Peut être de nouvelles messes dans la forme extraordinaire ? 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *