Saints bretons à découvrir

[SAINTE ANNE-LA-PALUD] 3000 personnes au grand pardon

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Ce week-end a vu le point d’orgue du grand pardon de Sainte Anne La Palud sous un magnifique soleil drapant les dunes. Cette année, 75 bannières, croix et statues ont été recensées, soit donc environ 300 porteurs. 600 personnes ont assisté à la grand messe trilingue du matin présidée par Mgr Benoit Gonnin (évêque de Beauvais – Noyon – Senlis), et environ 3000 personnes aux vêpres solennelles. Avec de nombreux jeunes : « la relève est là! » entendons-nous dans l’assemblée. Au-delà du simple aspect folklorique, il y a quelque chose d’essentiel qui attire et touche les foules. Comme nous le signalait Armand, catholique qui ne va plus très souvent à la messe : « il se passe quelque chose de profond ici. Pourquoi les paroisses ne reproduisent-elles pas ça tous les dimanches ? » Son épouse renchérit : « je suis sûre qu’il y aurait plus de monde à la messe ». Un homme d’une cinquantaine d’année s’approche de nous et nous dit « J’ai vécu à Bordeaux mais je suis originaire de Châteaulin. Voir toute cette ferveur me donne les larmes aux yeux.. ». Il attendait désespérément une bannière de sa paroisse locale, qui malheureusement n’était pas représentée ce jour-là. 

Nous le redisons : derrière les costumes et l’aspect que certains penseront folklorique se manifeste une foi profonde. En effet, les racines retrouvées et revivifiées permettent de grandir en humanité et dans la foi, et les pardons peuvent être source de nouvelle évangélisation. Les organisateurs d’An Hent, pèlerinage pour les jeunes du Diocèse de Quimper et Léon l’ont bien compris : ils étaient nombreux cette année à braver les intempéries pour arriver à Sainte Anne, exténués mais heureux. A noter que là aussi la dimension bretonne avait été prise en compte : les jeunes ont pu apprendre des cantiques bretons, dont certains récemment créés. Nous espérons qu’ils les chanteront dans leurs paroisses.

Sainte Anne est importante aux yeux des Bretons, d’où le succès des pardons qui lui sont dédiés. Mais la liturgie proposée parlant à beaucoup contribue certainement aussi à l’intérêt porté à ce pardon. Enfin, le travail des bénévoles est aussi sans aucun doute l’un des facteurs de réussite de ce grand pardon qui chaque année attire tant de pèlerins, travaillant d’arrache-pied pour accueillir tant de monde. Tout en gardant le lien avec les autres sanctuaires du diocèse. 

Vous pouvez découvrir notre album photo sur ce lien.  Nous vous proposons aussi le reportage consacré au pardon diffusé sur TF1 ce lundi. En octobre, un reportage sera aussi diffusé sur la chaine catholique KTO. 

 

 

 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

vallée des saints

6 octobre : Saint Ivy

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 minSaint Ivy (ou Ivi, Yvi), moine de Bretagne …

Les paroisses fantômes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minUn constat au fil des kilomètres, qui fait …

2 Commentaires

  1. Magnifique pardon! Et, le premier week end de septembre, le pardon de ND du Folgoët et, en pays Bigouden le pardon de ND de Penhors. Penhors, le paradis des surfeurs!

  2. A noter aussi que lors du pardon, les jeunes du pèlerinage ‘En hent » (http://jeunes-quimper.com/en-hent/) ont animé la veillée du samedi soir avec une belle pièce de théâtre sur la vie « Santig Du » ou saint Jean Discalceat.
    Goulc’han Kervella a préparé et mis en scène cette représentation avec une vingtaine de jeunes du pèlerinage ‘En hent’.
    La langue bretonne fut bien sûr présente lors de cette veillée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.