Saints bretons à découvrir

Une adaptation en breton de Stella caeli extirpávit / Prière à la Vierge en temps d’épidémie

Statue de N.D du Voeu (Intron Varia er Ro) en la basilique N.D de Paradis à Hennebont, offerte par les fidèles en reconnaissance à la Vierge après l’épidémie de peste de 1699. La statue actuelle date de 1818, l’ancienne ayant été fondue durant la Révolution.

En ce temps d’épidémie de portée mondiale, confions-nous à la Vierge comme l’ont fait depuis des siècles les Chrétiens en disant ou en chantant la version bretonne, latine ou française de cette vénérable prière à Notre Dame pour les temps d’épidémie.

Elle remonte au XIVème siècle et fut offerte, selon la tradition, par saint Barthélémy apparaissant aux Clarisses de Coimbra au Portugal en 1317, alors que la ville était ravagée par la peste, afin qu’elles la récitassent : le couvent fut épargné.

Ses paroles reprennent des citations d’une homélie de saint Pierre Damascène évêque de Damas au XIème siècle (à ne pas confondre avec saint Jean Damascène, évêque de Damas  au VIIIème siècle et docteur de l’Eglise).  Voici le commentaire qu’en fait la schola sainte Cécile.

J’accède au commentaire

Nous vous proposons une version en breton vannetais et une version en KLT de ce chant, que vous pouvez entendre dans le fichier ci-dessous. Pour télécharger la partition, rendez-vous sur ce lien.

 

Voici une version chantée grégorienne :

https://www.youtube.com/watch?v=h3FTZXWS2Y8&feature=youtu.be

Et  une version polyphonique, tirée des archives des Réductions jésuites du Paraguay :

https://www.youtube.com/watch?v=Zmz_kjZjkx4&feature=youtu.be

Paroles :  Prière à la Vierge attestée dès le XIVème siècle. Selon la tradition, elle fut adressée par les clarisses de Coimbra au Portugal par saint Barthélémy lors de la peste de 1317. Les vers sont inspirés d’une homélie sur la Nativité par saint Pierre Damascène, évêque de Damas au XIème siècle.

Adaption en breton : Uisant Er Rouz (2020) les deux derniers vers sont tirés du cantique Ni ho salud, stirenn er mor (Ave maris stella ) écrit par l’abbé Olivier, recteur de Remungol

Mélodie : Ni ho salud, stirenn er mor, d’origine inconnue, tirée du recueil de cantiques bretons des Jésuites de Vannes (XIXème siècle)

Paroles :  Prière à la Vierge attestée dès le XIVème siècle. Selon la tradition, elle fut adressée par les clarisses de Coimbra au Portugal par saint Barthélémy lors de la peste de 1317. Les vers sont inspirés d’une homélie sur la Nativité par saint Pierre Damascène, évêque de Damas au XIème siècle.

Adaption en breton : Uisant Er Rouz (2020) les deux derniers vers sont tirés du cantique Ni ho salud, stirenn er mor (Ave maris stella) écrit par l’abbé Olivier, recteur de Remungol

Mélodie : Ni ho salud, stirenn er mor, d’origine inconnue, tirée du recueil de cantiques bretons des Jésuites de Vannes (XIXème siècle)

À propos du rédacteur Uisant ar Rouz

Très impliqué dans la culture bretonne et dans l'expression bretonne dans la liturgie, Uisant ar Rouz met à disposition d'Ar Gedour et du site Kan Iliz le résultat de ses recherches concernant les cantiques bretons, qu'ils soient anciens ou parfois des créations nouvelles toujours enracinées dans la Tradition. Il a récemment créé son entreprise Penn Kanour, proposant des interventions et animations en langue bretonne.

Articles du même auteur

Festival de Guémené sur Scorff – Pays Pourleth : art, mémoire et résistance

Cette année, la fête de l’andouille de Guémené ayant été annulée, c’est l’occasion de se …

Un sermon sans égal prononcé en l’église saint Salomon du Merzer / Ur predeg hep par lâret en iliz sant Salaün ag ar Merzher

Le 25 Juin on célèbre la fête de saint Salomon, roi de Bretagne.  Selon les …

Un commentaire

  1. Trugarez ! Na kaer eo ar ganenn-se…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *