Saints bretons à découvrir

Vandalisme à la Vallée des Saints : les barrières ont été sciées et des dalles taguées

Photo @Le Poher (DR)

Ce lundi matin, selon Le Poher et la page Facebook de la Vallée des Saints, les responsables de la Vallée des Saints ont découvert que les barrières, installées au niveau du parking pour gérer le stationnement  du site désormais payant, venaient d’être vandalisées. Plus exactement elles ont été sciées durant la nuit du 5 au 6 juille, et des inscriptions ont été apposées à la peinture rouge à proximité :  “le sacré n’est pas le fric” est-il indiqué, avec une citation qui interpelle tous ceux qui ont un minimum de culture religieuse : “Maze 21 : 12-13”. Cette référence renvoyant à l’évangile selon St Matthieu (Sant Maze en breton), et à cet épisode connu des marchands du temple chassés par Jésus :  “Jésus entra dans la cour du Temple. Il en chassa tous les marchands, ainsi que leurs clients. Il renversa les comptoirs des changeurs d’argent, ainsi que les chaises des marchands de pigeons, et il leur dit : Il est écrit : On appellera ma maison une maison de prière, mais vous, vous en faites une caverne de brigands !”

Cette référence est une allusion directe à la situation de la Vallée des Saints et aux deux visions qui s’affrontent actuellement pour ce site. Avant qu’on ne jette l’opprobre sur les catholiques comme cela commence à poindre sur les réseaux sociaux, Ar Gedour met en avant un élément qui n’a sans doute pas été repéré mais qui n’échappe pas à nos équipes : la référence biblique n’est pas inscrite comme le font habituellement les catholiques. On voudrait enflammer le débat et faire dégénérer une situation déjà très instable qu’on ne s’y prendrait pas autrement, quitte à aller chercher sur internet des références bibliques.

Les barrières, d’un coût de 25000€ financés par un mécène, ont été installées il y a quelques semaines. Cet acte survient dans un climat de tension entre les fondateurs et administrateurs de la Vallée des Saints. Philippe Abjean, qui a récemment publié son ouvrage “Un rêve de pierre” rappelant la genèse des ses intuitions, a dénoncé ces dégradations : “Même si je ne suis pas d’accord avec ce qui se passe à la Vallée des Saints, je condamne évidemment ces actes de vandalisme !” Nous avons tenté de joindre Sébastien Minguy, directeur de la SAS Terre de Granit, sans succès. La direction de la Vallée des Saints a porté plainte contre X.

Cette situation délétère semble ne pas vouloir s’arrêter, entraînant les acteurs de la Tossen dans une spirale qui parait sans fin.  Philippe Abjean, comme l’indique Le Poher, sera en réunion publique à Carhaix le 10 juillet prochain. Au vu de l’actualité, celle-ci risque d’être animée.

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Tro Breiz marcheurs 2016

TRO BREIZ 2020 : CE N’EST QUE PARTIE REMISE ! (par Philippe Abjean)

Rennes aujourd’hui samedi 1er août ! C’était l’objectif et nous aurions dû être accueilli dans …

neuvaine sainte anne d'auray

Predeg Gouel Santez Anna (Tad Ivan Brient) – 25/7/2020

Sed amañ predeg an Tad Ivan Brient, lavaret d’an 25 a viz Gouere e Keranna, e-pad an oferenn e brezhoneg lidet gantañ en énor santez Anna. Retrouvez ici l’homélie prononcée par le Père Ivan Brient lors de la messe en breton célébrée pour le grand pardon de Sainte Anne d’Auray, le 25 juillet 2020.

3 Commentaires

  1. Comme dit, ce n’est pas l’écriture classique des catholiques mais plutôt des protestants… il n’en reste pas moins que les personnes qui ont fait cela ont parcouru les Evangiles, textes à l’origine de la vie des saints, pour créer leur tag.
    C’est triste de démolir,… on peut toujours se garer un peu plus loin…

  2. Evidon, santout a ra flaer ar varbouzed ! Oberiant kenañ int er mare-mañ, ha klask a reont louzañ kement tra a vez graet gant ar Vretoned.

    E mod-all, ma vije bet roet ur plas dereat d’ar brezhoneg he d’ar vrezhonegerien e Traonienn ar sent , e vije bet solutoc’h an traoù. Piv n’eus ket soñjet en dra-se c’hoazh: gant ar brezhoneg e vezomp ni, ni hon-unan, ha kalz kreñvoc’h !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *