Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Les cantiques de la paroisse de Corlay-Saint-Nicolas-du-Pélem désormais en ligne

Les cantiques de la paroisse de Corlay-Saint-Nicolas-du-Pélem désormais en ligne

Jef Philippe, travailleur infatigable, a encore frappé :  le délégué épiscopal pour la foi et la culture bretonne du Diocèse de Saint-Brieuc & Tréguier avait déjà livré une première série importante de cantiques bretons de plusieurs paroisses de Haute-Cornouaille. Il continue en ce début d’année avec les cantiques de la paroisse de Corlay-Saint-Nicolas-du-Pélem .

Il s’agit d’un long travail, à la fois de collectage, de transcription et d’interprétation pour les enregistrements.

Allez vite voir sur la page des Cantiques bretons du site paroissial. Il vous y explique tout ! Vous pouvez écouter le début du cantique, voir et télécharger la partition et les paroles, etc. Vous pouvez aussi retrouver une sélection de ces cantiques sur Kan Iliz, en fonction du sanctoral ou du temps liturgique.

À propos du rédacteur Erwan Kermorvant

Erwan Kermorvant est père de famille. D'une plume acérée, il publie occasionnellement des articles sur Ar Gedour sur divers thèmes. Il assure aussi la veille rédactionnelle du blog et assure la mission de Community Manager du site.

Articles du même auteur

Festival de Cornouaille 2019 : les enfants, au cœur du renouveau de la culture bretonne

A Quimper, les enfants ont aussi leur propre festival autour de la culture bretonne ! Avec …

Lorient, Capitale Interceltique s’affiche en grand !

Alors que Lorient se prépare à vivre au rythme de sa 49ème édition du FIL, …

2 Commentaires

  1. Ag ar choej ! Excellent travail !
    Puissent toutes les paroisses de Basse-Bretagne faire de même !
    C’est une très bonne chose que les cantiques soient transcrits in extenso : en effet, nous avons trop souvent des versions tronquées. De même, l’origine de la mélodie, l’auteur et la date sont renseignés, ce qui n’est pas toujours le cas. Le choix de l’orthographe unifiée est assez heureux et ne dénature pas le texte.
    Quelques suggestions d’amélioration : mettre la traduction française en regard du texte breton, c’est plus facilement lisible et cela économise de la place sur les feuilles de messe.
    D’autre part, les enregistrements sont quelque peu secs et fonctionnalistes : ils mériteraient d’être faits dans une église ou une chapelle avec un accompagnement d’orgue ou d’harmonium, et que plus de couplets soient chantés, afin que se soit davantage un plaisir de les écouter en les apprenant.

  2. Initiative géniale ! Merci infiniment pour tout ce travail !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *