Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Chronique des Saints > LE MONUMENT DE SALOMON – De Martyrio et Martyrologio –

LE MONUMENT DE SALOMON – De Martyrio et Martyrologio –

Statue de saint Salomon (église Saint-Pierre de Plouyé) – Photo Wikipedia

Quittant Roc’h-Morvan (La Roche-Maurice), dont la tour surveille le cours de l’Elorn –Elusorna– “fleuve à plusieurs sources”, la voie romaine menant à  Chateaulin passe par La Martyre -Ar Merzer-, dit un panneau.  Ce nom breton est un nom de proximité, d’usage local. Le vrai nom du lieu est Merzer-Salaün. Aux visiteurs on y explique que Merzer veut dire “martyre” et que dans l’église, en 874, fut assassiné le roi de Bretagne Salomon, meurtre dont témoigne le nom “Merzer”.

Tout faux.  Merther est un nom  brittonique issu du latin martyrium, qui désigne une basilique possédant des reliques d’un ou plusieurs saints. Ce nom n’implique pas qu’il y ait eu une mise à mort. Ces basiliques datent du cinquième ou du sixième siècle, et le Salomon du neuvième n’y est pas à sa place. Les chercheurs sérieux  situent ailleurs son assassinat (à Plélauf –Plelanw, sur le Blavet, suivant les dernières recherches.)

Salaün Wledig (de son titre breton), n’est pas notre seul Salomon. Salomo filius Geruntii, né sur la fin du 4ème siècle de Nonnechia, alias Sainte Nonwen ou Nolwenn, était frère de Riwal Wledig, de Iestin, de Cadou, de Congar, de Erbin.  Il était oncle de saint Tudwal.  Il aurait eu pour épouse Caecilia, fille du patrice  Flavius Constantius, beau-frère de l’ empereur Honorius. Bref, notre premier Salomon n’était pas un premier venu.

Suivant le récit de la Translation des reliques de Saint Mathieu (rédigée au 11ème siècle par un évêque de Léon), c’est ce Salomon qui reçut les reliques de l apôtre, amenées d’Ethiopie par des marins bretons. Le texte mentionne la basilica  de ce “roi” du 5ème siècle,  et on pense naturellement que c’est elle qui hébergea en premier le corps saint, ét fut, de ce fait, promue  martyrium.

 

La Translation, oeuvre d’un “Paulinien”, autant dire  “saintpolitain” relève du genre hagiographique, avec sa dose de miracles, d’érudition cléricale et de self-boosting diocésain. Comme tous les hagiographes du 11ème siècle, Paulinien n’a, d’ histoire et de chronologie, que des notions chaotiques.  Néanmoins, avec  L.Fleuriot et Gw.Le Duc, il me paraît qu’il part d’un événement  historique (je l’expose en détail par ailleurs). Au 5ème siècle les Bretons fréquentaient l’Orient, en particulier l’Egypte. Notre Pélage (saint Merin) était ami de saint Cyrille d’Alexandrie. La célèbre petite croix d’ivoire de Milizac est un reliquaire éthiopien. Le canal de Nechao donnait toujours accès à la Mer Rouge. Le voyage de commerçants bretons dans ces parages ne fait aucune difficulté. Aussi retrouverons-nous Saint Matthieu et ses voyages.

En fait d’ événement historique, Paulinien rapporte que Salomon se fit des ennemis en interdisant un commerce d’ esclaves. Ce commerce  a effectivement été un problème à cette époque, comme en témoigne la lettre de saint Patric à Corotic, fils de Cunedag. Enfin, il fait  assassiner Salomon dans sa basilique. Mais comme à cette occasion  il confond le Salomon du 5ème siècle avec celui du 9ème, il doit à tort  attribuer une mort  violente à Salaün ab Gerent.

Cependant, puisque sa basilique s’appelle Martyrium,  elle a hébergé les reliques d’un saint, et il serait extraordinaire que notre Salaün n’ ait pas honoré Matthieu de sa basilique, et sa basilique de Saint Matthieu.

On voudrait en savoir plus  sur ce  tïern de la génération de la sortie de l’Empire, qui a donné son nom non seulement à Lansalaün en Paule, *Pagulum, énigmatique “mini-pagus”, mais  encore à  Silfiac (de Salomiacum), Plouzélambre (*Plebs Salomonis), Plessala (Ploe+Sala(v). Il a  par là mis en Bretagne une marque de plus de relief que ses frères et soeurs. Le culte qu’on lui a rendu permet d’imaginer que, tenant au sérieux le sens de son nom, il fut un facteur de paix.

A cette heure, dans l’amnésie d’une Bretagne anesthésiée, on méconnaît Salomon et on ignore Matthieu. Cela ne vaut-il pas une volée de boulets rouges ?

À propos du rédacteur Alan Joseph Raude

Linguiste, historien et hagiographe, il a notamment publié des ouvrages sur l'origine géographique des Bretons armoricains et sur l'histoire linguistique de la Bretagne.

Articles du même auteur

Une statue de Nicolazic et Keriolet à la Vallée des Saints

Saint Tudy / sant Tudi

Nous n’ avons pas de Vie latine de saint Tudy. Il est mentionné dans la …

Vallée des saints

Ambrosius Aurelius & les auréliens

AMBROSIUS Ce que nous savons d’Ambrosius Aurelius (ou Aurelianus) est extrêmement ténu. Gildas (De Excidio …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *