Saints bretons à découvrir

[MUSIQUE BRETONNE] Anne de Bretagne, renaissante

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

1514.
À trente-sept ans, Anne de Bretagne s’éteint, épuisée. Épuisée d’avoir éclairé la fin du duché de Bretagne, la fin de son monde, d’une manière telle que nul à ce jour n’ignore son nom. 1488. Anne a onze ans. La mort de son père François II semble annoncer celle du duché de Bretagne. Et l’inimaginable se produit : la princesse relève le défi. Avec la prescience des héroïnes brittoniques, elle fonce tête baissée dans une destinée aussi grandiose que funeste. Pourchassée par la trahison et la mort, elle se rétablit après chaque promesse de mariage reniée, après chaque parole non tenue. Elle traverse son mariage avec le roi de France Charles VIII avec la foi des toutes jeunes filles et les rêves de grandeur d’une reine. On la croit aspirée à jamais avec le duché de Bretagne dans le vortex centralisateur des grandes cours d’Europe…
Le jour de la mort de Charles VIII, les chroniqueurs veulent croire à son effondrement, alors qu’elle expédie déjà fébrilement des missives dans tout le duché : Anne est de retour.1499. Anne a vingt-deux ans. Les livres imprimés circulent, le commerce et la raison d’État rabaissent les lais et les misteres de son enfance au monde de l’ignorance. Elle épouse pour la seconde fois un roi de France, Louis XII. Elle se vit surtout comme la grande reine de Bretagne. Femme de savoir et de pouvoir, femme ravagée par les maternités et la mort de ses enfants, femme de croyances. Femme. Multiple. 1505. Cette année-là est le vrai couronnement de la vie d’Anne. Un pèlerinage en Bretagne marque la fin heureuse de l’Histoire du duché qu’elle a commandée à ses chroniqueurs. Durant ce court été de rêve, alors que la modernité impose des victoires de plus en plus sanglantes, Anne de Bretagne règne sur le grand royaume imaginaire, dont les portes ne s’ouvrent qu’à ceux qui savent parler de l’Autre Monde. Anna, bizuicquen mellezour. Anne, à jamais notre miroir.

L’Ensemble Bretaigne Armoricane.
Tirant son nom de l’ouvrage de Pierre Le Baud commandé par Anne de Bretagne (1505), l’Ensemble Bretaigne Armoricane est créé par le compositeur Roland Becker en cette année 2014, en l’honneur du cinq-centième anniversaire de la mort d’Anne de Bretagne, grande mécène s’il en est. Composé de musiciens talentueux résidant en Bretagne, de tous âges, cet ensemble poursuivra son dialogue musical avec toutes les belles histoires de Bretagne dans les années à venir.

Une interprétation historiquement créative.
Roland Becker a rassemblé l’abondante iconographie musicale de la Bretagne ancienne, dans les églises, chapelles et châteaux de Bretagne (400 occurrences sur 111 sites) pour reconstituer l’instrumentarium de cette période. On connaît par ailleurs la beauté et l’énergie vitale du répertoire de tradition populaire apparemment très archaïque et véritablement contemporain par son caractère improvisatoire. Les pièces interprétées par l’Ensemble Bretaigne Armoricane font donc l’objet d’une interprétation historiquement créative, dans laquelle Roland Becker remplit les silences de cette musique du passé.

Le livret.
Laure Le Gurun rassemble dans ses filets tout ce qu’elle peut : les savoirs savants, les coutumes, les contes, les légendes, les discussions à bâtons rompus, les airs qui n’en finissent pas d’être rejoués, réinventés. Et derrière tout cela, elle cherche le mythe, car il y en a toujours un. Il eût été indécent de faire parler Anne de Bretagne dans ce livret. Qui peut prétendre incarner cette femme complexe, puisque chacun justement pense avoir trouvé sa « vraie » Anne de Bretagne ? Ce livret ne parle que d’elle, par les mots d’un homme qui l’a accompagnée toute sa vie : Alain Bourchart, auteur des Grandes Chroniques de Bretagne. Témoin tantôt impartial et dur, tantôt fasciné, Breton déraciné, Alain Bouchart est peut-être la petite voix qui chuchote en chacun de nous l’histoire d’Anne de Bretagne…

La création de l’oratorio Anne de Bretagne, renaissante est une co-réalisation Oyoun Muzik-Dihunerien Production, avec l’engagement fort des artistes de l’Ensemble Bretaigne Armoricane, sans lequel rien n’aurait été possible.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour. Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

8 décembre : « Quel grand don d’avoir pour mère Marie Immaculée ! »

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minSur le chemin de l’Avent brille l’étoile de …

quistinic ar gedour noel

MESSE DE NOEL 2022 en breton, bilingue ou trilingue : où aller ? [MàJ du 5/12/2022]

Pour ce Noël 2021, où trouver une messe de Noël en breton, en breton-français, ou en breton-français-latin ? Ar Gedour vous guide en répertoriant les offices (mise à jour actualisée jusqu'au 24/12). Téléchargez les feuillets de messe.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *