Saints bretons à découvrir

Nedeleg laouen ha santél deoc’h ha d’ho tiegezh !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

carte de noel breton Un cantique breton de Noël demande :

Petra so henoah a neué men dé holl en dud ar valé ? Perak eh ant a vandenneu e kreiz en noz d’en ilizieu ?

Qu’y a-t-il de neuf ce soir ? Qu’une foule de gens sont sur les routes ? Pourquoi en masse se rendent-ils de nuit dans les églises ?

Le martyrologe de la Nativité répond :

Jezuz Krist, Doue peurbadel, ha Mab en Tad peurbadel, zo bet ganet é Bethléem Bro Judé, ag er Werhiez Vari : Doue deit de vout Dén !!!

Jésus-Christ, Dieu éternel et fils du Père éternel, est né à Béthléem de Judée, de la Vierge Marie : Dieu fait homme!!!

Noël est un mot qui vient du latin natalis, qui signifie naissance : c’est la fête de la naissance de Jésus-Christ, pour les chrétiens. Nous vous renvoyons à un article précédent concernant l’historique de la date et de ce nom.

Cette naissance, c’est avant tout la joie de Dieu et la joie de tous les hommes, nous disent les Evangiles, car « un sauveur nous est né ». Si nous célébrons la naissance du Sauveur, ce n’est pas non plus un simple rappel, une commémoration. Plus encore, c’est permettre aujourd’hui, au Christ de renaître en nous et dans nos communautés pour préparer un nouveau monde, faisant de nous des fils et filles de Dieu. La période de l’Avent nous y a préparé, pour nous purifier et nous laisser emporter par cette naissance. Puisse ce Noël nous rapprocher de la source de l’Amour divin, et nous réapprendre chaque jour à être chrétien, fidèles à notre baptême.

Enfin, en cette période où Noël perd son sens pour de nombreuses personnes, où l’âme et le message de cette fête se perd entre commerce et extrémisme laïcard, sachons se rappeler (et rappeler à l’entour) quel est le message porté par la fête de la Nativité.

Nedeleg laouen ha santél deoc’h ha d’ho tiegezh !!!

La rédaction d’ Ar Gedour – Le Blog vous souhaite une très bonne et sainte fête de Noël.

 

Dessin de Noël  et  de Nouvel  An, exécuté  par  Herry Caouissin, alors tout jeune secrétaire de l’abbé Perrot,  pour la couverture verso de la revue « Feiz ha Breiz »  (numéro de janvier 1933)

L’originalité de cette jolie Nativité est non seulement dans ses traits celtiques, mais surtout dans la joie de Noël qui se lit sur tous les visages, la fierté de Marie de nous présenter le « Divin Enfant ». Remarquons aussi  les quatre branches de gui symbole celtique de « l’Année Nouvelle »

Téléchargez des cartes pour fêter Noël à vos proches. Pour cela, rendez-vous sur la Page Facebook d’Ar Gedour ou sur le compte Twitter.

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

La Troménie de Marie au Pardon de Notre-Dame de Rumengol

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minRumengol est un sanctuaire diocésain dédié à la …

pardon de Kernascléden

Ne manquez pas le Pardon de Kernascléden les 14 et 15 août 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLe pardon de Kernascléden approche à grands pas. …

Un commentaire

  1. le message de Noël se perd dit vous. Tout le monde le constate. Vous évoquer deux éléments le commerce et le laïcisme. C’est vrai. Mais est-ce la cause principale? L’athéisme et l’agnosticisme, à mon avsi, sont des causes plus profondes et plus importante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.