Saints bretons à découvrir

TOUS DISCIPLES ET MISSIONNAIRES

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Ce matin Place St.Pierre, le Pape François a poursuivi sa catéchèse de l’audience générale consacrée au baptême: « Le baptême fait de nous les membres du corps du Christ… Il nous fait entrer dans le peuple de Dieu qui marche dans l’histoire ». Reprenant ainsi la définition de Vatican II, il a rappelé qu’à l’instar de la vie, la grâce baptismale se transmet de génération en génération, et permet aux fidèles de former un peuple diffusant la bénédiction du Seigneur de par le monde. Les apôtres furent envoyés baptiser et depuis eux s’est développée une chaîne de transmission de la foi. « Chaque fidèle est un anneau de cette chaîne, une partie du courant irrigateur. Chaque fidèle transmet la foi à ses enfants qui, adultes, la transmettront à leur tour. Ainsi est le baptême…du peuple de Dieu…qui marche en transmettant la foi ».

Par le baptême chacun « devient disciple et missionnaire, appelé à porter l’Evangile au monde. Quelque soit sa place dans l’Eglise et son degré d’instruction, tout baptisé est un agent d’évangélisation… La nouvelle évangélisation implique l’engagement de tous les baptisés… En nous habitant, le baptême nous transmet la grâce » qui permet la transmission de la foi. Chaque fidèle est disciple et missionnaire. « Mais alors dira-t-on, les évêques et le Pape, qui ne sont pas des disciples, savent tout! Certes », a répondu le Saint-Père, « mais papes et évêques savent que pour être missionnaires, pour transmettre la foi, il faut d’abord être disciples ». Ceci est à souligner. « Personne ne se sauve par soi même. Nous sommes une communauté de croyants qui partage la joie de vivre cet amour qui nous précède et attend de nous d’être des canaux de grâce…malgré nos limites et nos fautes. Cette dimension communautaire n’est pas un effet secondaire mais une partie constituante de la vie chrétienne, du témoignage et de l’évangélisation ».

 

Puis le Pape a évoqué les chrétiens du Japon qui donna des milliers martyrs lors de sa persécution du début du XVII siècle, qui vit l’expulsion du clergé. Décimés, les catholiques japonais demeurèrent démunis de tout clergé. Vivant en clandestinité, ils conservèrent la foi. A la naissance, les parents baptisaient leur enfant afin qu’il puisse baptiser à son tour. Ainsi lorsque deux siècles plus tard des missionnaires purent retourner au Japon, ils eurent la surprise d’y trouver une Eglise en mesure de refleurir grâce au baptême conservé. C’est le peuple de Dieu qui avait permis la transmission de la foi, grâce à un fort esprit communautaire et au maintien du baptême. Et ce malgré la clandestinité et l’abandon. Cette histoire, a conclu le Saint-Père, doit nous faire réflechir.  

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Replay de la messe du 15 août 2022 depuis Sainte Anne d’Auray.

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minEn ce lundi 15 août, l’Église fête l’Assomption de …

La Troménie de Marie au Pardon de Notre-Dame de Rumengol

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minRumengol est un sanctuaire diocésain dédié à la …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.