Saints bretons à découvrir
Accueil > Culture / Sevenadur > Musique / musik > Utilisez-vous les huiles essentielles ? (par Gilbert Hervieux)

Utilisez-vous les huiles essentielles ? (par Gilbert Hervieux)

Au fil de nos pérégrinations sur le net, nous avons trouvé cet article qui intéressera nos lecteurs talabarder. Cet article provient du site Divroet New(e)z que nous vous invitons à découvrir, le e-news magazine des sonneurs. Il est publié sur Ar Gedour avec l’aimable autorisation de l’équipe de Divroet.

À en croire Gilbert Hervieux, entretenir une bombarde, c’est à peu de choses près comme entretenir une clarinette ou une flûte traversière. Rien de plus simple : ce qui est important, c’est que, quel que soit le bois, buis ou ébène, il faut d’abord et surtout penser à le nourrir régulièrement. 

 

Divroet New(e)z:Pourquoi mettre de l’huile ?

Gilbert Hervieux : Parce que si on ne l’entretient pas, le bois va sécher. Le bois, ce n’est pas un matériau mort comme de l’aluminium par exemple, si on ne le nourrit pas, il va se déformer, se rétracter ou se gondoler, selon les bois travaillés, voire craqueler.
Mais une chose est sûre, l’instrument va bouger, s’altérer, et très souvent finira par se fêler, auquel cas vous êtes bons pour recommander un nouvel instrument, c’est irrattrapable…
Lorsque vous achetez un instrument, soyez attentifs aux conseils d’entretien qui vous sont prodigués. N’hésitez pas à poser des questions le cas échéant. Mon conseil en la matière : utilisez de préférence de l’huile d’amande douce. Très régulièrement.

 

DN : Pourquoi de l’amande douce ? Toutes les huiles « pour bois » ne conviennent-elles pas ?

GH : Non, effectivement. Prenons l’huile de lin par exemple. Il s’agit d’une huile typiquement inadaptée pour un instrument. Il ne faut surtout jamais mettre d’huile de lin sur quelque partie que ce soit de vos instruments. C’est un siccatif, ce qui signifie que la propriété de cette huile est de déposer une pellicule sur le bois. Dans le bâtiment par exemple, on l’utilise pour protéger volets et portes des intempéries. Cette pellicule est très protectrice, mais appliquée pour l’instrument, elle déclenche des effets tout à fait inverses de ceux attendus : l’épaisseur d’huile augmente et finit par gravement altérer le son, la justesse, bref, les capacités de l’instrument. Le seul cas où elle est cependant utilisée est lors de la fabrication d’instruments, notamment en buis, à des fins uniques de stabiliser le bois, puis elle est ensuite essuyée.
A contrario, l’huile d’amandes douce possède toutes les qualités requises à l’entretien du bois : elle le protège, le nourrit et permet de gagner en puissance, en harmonique, notamment avec le buis, en assurant une meilleure fluidité du son.

 

DN : Comment sait-on quand il faut en mettre ?

GH : De façon générale, il est nécessaire d’en passer une fois par mois à l’intérieur de l’instrument, à l’aide d’un écouvillon de laine (fait sur mesure) ou de nylon (mais c’est moins pratique – Le fait de passer un écouvillon de nylon n’a aucune incidence sur le bois). Si vous vivez dans des régions sèches, il ne faut pas hésiter à le faire toutes les semaines.
Dans certains cas, il faudra cependant apporter un soin particulier à l’instrument. Les flûtes traversières, par exemple, ont besoin d’un entretien pertinent lorsqu’elles sont neuves : dans un premier temps il faudra leur appliquer de l’huile toutes les semaines, à l’intérieur et à l’extérieur, puis tous les 15 jours, enfin tous les mois, comme tout instrument en bois.
Un autre exemple : si une cornemuse écossaise n’a pas servi depuis un moment, il est indispensable de passer de l’huile d’amande douce avant de jouer. La raison tient du bon sens : lorsqu’on envoie de l’air humide, le bois gonfle à l’intérieur tandis que l’extérieur ne bouge pas, cela risque donc de le casser.Le risque est le même dans le cas de l’utilisation de téflon, notamment sur les souches de cornemuses car le bois y perd de son élasticité. Le bois devenu cassant, l’humidité crée une surpression. Pensez également à refaire vos filasses régulièrement. Avec du téflon, vous êtes à peu près sûr de faire coulisser les parties de votre cornemuse, mais avec une pression beaucoup plus forte sur le bois. Si votre bois est fragilisé d’avance, vous avez un risque de fente.

 

DN : peut-on en passer aussi sur les clés ?

GH : Le nettoyage des clés se fera au chiffon avec un produit à base d’ammoniaque (du style mirror) selon leur composition. Attention certains nettoyants peuvent abîmer les clés. Pour démonter les clefs et nettoyer les axes, utilisez de l’huile «moteur» et non pas d’huile d’amande douce car vous risquez de les bloquer.

DN : Et l’eau dans tout ça ? C’est à bannir ?

GH : On pourrait passer la bombarde de temps en temps sous l’eau effectivement. Autrefois, il est vrai qu’on trempait régulièrement les bombardes dans l’eau, mais l’expérience a montré que la durée de vie de l’instrument diminuait. Je conseillerais l’utilisation de cette méthode avec prudence.

Enfin, pour vos anches de bombardes, la meilleure préparation avant de jouer que vous puissiez leur donner est votre salive, beaucoup plus pénétrante que l’eau. Si vous prenez une anche de bombarde, que vous la salivez pendant 2 ou 3 secondes, elle va être plus au point au niveau son que si vous l’aviez trempée dans l’eau pendant 10 minutes.Un dernier conseil, mais qu’on ne redit jamais assez : ne laissez pas vos instruments en plein soleil ou près d’une source de chaleur, surtout si vous venez tout juste des les «nourrir». Rien de mieux pour casser le bois.

 

Téléchargez sur le site suivant le document “bombarde, mode d’emploi”

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

Aet eo Garmenig Ihuelloù-Ar Menn da Anaon

Aet eo Garmenig Ihuellou (intañvez Gwennole ar Menn) da Anaon. Ur skrivagnerez vrezhonek anavezet mat …

kan ar bobl 2018

Ce week-end, ne manquez pas le Kan ar Bobl à Pontivy

Alors qu’à Vannes aura lieu le Tradi-Deiz ce dimanche, et le Pardon des Bretonnants à …

Un commentaire

  1. Très bon article qui rappelle quelques “fondamentaux” pour l’entretien des instruments. Un autre petit conseil (et pas des moindres) est la période de rodage nécessaire aux instruments en bois neuf. Quand on reçoit un instrument neuf il faut limiter au départ le temps de jeu et l’allonger progressivement : 10 minutes la première semaine, 15 minutes la deuxième etc…

    Bien que remise en cause par l’auteur de l’excellent document “bombarde mode d’emploi” cette période de rodage m’a été confirmé par mon ami Eric Ollu facteur de bombarde. Ne pas la respecter c’est prendre le risque de “rincer” l’instrurment…et avoir bien du mal à jouer ensuite !

    A priori on peut aussi nourrir les instruments en bois avec de l’huile de noix: cette dernière est préconisée pour nourrir le bois du duduk arménien (abricotier).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *