Saints bretons à découvrir
Accueil > Actualités / Keleier > 7 mars 851 : mort de Nominoë, Tad ar Vro

7 mars 851 : mort de Nominoë, Tad ar Vro

nominoe
Nominoë (par Marc Mosnier)

Ca s’est passé le 7 mars 851 : le wletic Nominoë, considéré comme Tad ar Vro par les Bretons, meurt près de Vendôme (paraît-il).

Nous avions publié en 2014 un article retraçant sa vie, principalement repris de l’excellent site GrandTerrier. Entre temps, le travail de l’historien et linguiste Alan J. Raude (+) publié en exclusivité sur Ar Gedour a permis d’en savoir beaucoup plus, et d’aborder d’une autre manière l’existence de ce chef qui marqua irrémédiablement l’histoire de la Bretagne Armoricaine.

Nous reprenons ici la fin de cet article d’Alan J. Raude publié en exclusivité sur Ar Gedour le 6 février 2018.

Selon les Annales de l’abbaye de Fontenelle, Nominoé mourut “aux frontières des Francs, frappé sur ordre de Dieu, par l’Ange de l’Iniquité.” Les nouvelles tendancieuses parviennent même du ciel.  Retenons néanmoins  que ce fut non loin de la frontière, mais en terre bretonne, que l’ Ankoù terrassa le Vénète.

Nonobstant quoi on voit enseigner ex cathedra que le souverain breton trépassa, non loin de Chartres, à Vendôme  !

Si vous humez là un fumet de cafouille, enquêtons. Il ressort alors que l’on a trouvé, chez Pierre Le Baud, historien du 16ème siècle, un manuscrit où il avait noté que Nominoé était décédé à Ven…, la fin du nom ayant sans doute nourri une souris. Et voici Nominoé propulsé chef de rezzou d’hiver, avide de piller les ors du soleil levant, au lieu de s’occuper des affaires bretonnes, en ce temps où les Danois  armaient leurs flottes pour de nouveaux pillages.  Joli travail d’ historien…

Inutile, pourtant, d’ aller loin chercher  Ven... Juste sur la frontière des Francs,  la commune de Vendel  est bien présente, et a même eu pour blason la croix noire de l’Etat  breton.

A présent encore haineusement et sournoisement diffamé, Nominoé, de Silfiac  en Bro-Weroc, né vers 790, fut pour la Bretagne un souverain pragmatique, pondéré et clairvoyant. Il ne fut pas un conquérant, mais bien un libérateur, rétablissant la Bretagne dans ses limites du 5ème siècle. Il mourut le 7 Mars 851 à Vendel en pays des Reidones.

Illustration : Nominoë, tad ar Vro (par Marc Mosnier) – DR (publié sur Ar Gedour avec l’aimable autorisation de l’artiste)

À propos du rédacteur Redaction

Les articles publiés sous le nom "rédaction" proviennent de contributeurs occasionnels dont les noms sont publiés en corps de texte s'ils le souhaitent.

Articles du même auteur

pèlerinage feiz e breizh

En septembre, un pèlerinage “Feiz é Breizh” pour la Bretagne

Vous avez peut-être vu passer l’annonce d’une réunion d’information, mais aujourd’hui, le site internet ouvre …

guelhouit

[MELRAND] France 2 & Le jour du Seigneur seront au Pardon du Guelhouit (entretien avec Bernard Rio)

  Le Bulletin : Qu’est-ce qu’un pardon ?  Bernard Rio : Davantage qu’un pèlerinage, le …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *