Saints bretons à découvrir

Aujourd’hui 17 Juin, nous fêtons saint HERVÉ, Religieux.

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Hervé était né dans une famille de bardes. Son père se nommait Hoarneau (ou Harvian) et sa mère Rivanone. Il vivait au VIe siècle. Aveugle depuis son jeune âge, guidé par un loup, selon la légende, il mena une vie de pèlerin. Un jour cependant, il se fixa à Plouvien, puis à Lan-Houarneau où il se consacra à Dieu pour en chanter les louanges dans le monastère qu’il y fonda.

Selon la légende, saint Hervé vivait avec ses loups à l’endroit qui s’appelle actuellement l’ermitage Saint-Hervé à Tréouergat. Il s’agit d’un petit bois où on peut encore trouver les traces d’une ancienne chapelle, d’un abri (sans doute celui de Saint Hervé), ainsi qu’une fontaine qui laisse toujours couler de l’eau. Tout le monde ignore à quoi ressemblait cet endroit du temps de saint Hervé, mais les traces manifestes sont troublantes. Excepté son abri, la chapelle a été rasée ainsi que quelques autres murs alentours ; seules les premières pierres décrivent le tracé des parois au sol. Joli petit endroit, fascinant par son mystère.

Saint Hervé est le saint patron des bardes bretons.

Il ne faut pas le confondre avec le saint Hervé, abbé, qui se fête le 14 janvier;

Source : « Vie des saints bretons » par S. Torquéau (à paraître – DR)

A Lanhouarneau, le 17 juin est jour de fête. Qui sait encore qu’au début de la seconde guerre mondiale, le 17 juin 1942, les habitants de Lanhouarneau se tournèrent vers le saint protecteur de leur paroisse pour les protéger de cette période sombre ? Ils s’adressèrent à lui en ces termes :

« Aotrou Sant Herve, hor patron galloudus, ni, ho pugale, daoulinet aman, dirag ho
skeuden hag ho relegou santell, ni ho ped da zigas d’ar gear buhan, ha yac’h a gorf
hag a spered holl brizonieren Lanhouarne.
Ni ho ped da veilha gant evez war hor martoloded ha soudarded.
Ni ho ped da zioual ar barrez diouz peb droug epad ar vrezel-man.
Ni ho ped da genderchel en hon touez feiz hon tudou koz.
Ha ma roit deomp hor goulenn, ni, d’hon tro, aaro deoc’h hor ger da ober eus deiz ho
kouel 17 a viz even eur gouel-berz hiviziken : paouez raim da labourat, tostaat raim
euz ar sakramantchou, mont a raim d’an offeren, d’ar gousperou ha d’ar brocession. »

« Cher Saint Hervé, notre patron puissant, nous, vos enfants, agenouillés ici, devant
votre statue et vos saintes reliques, nous vous prions de ramener à la maison,
rapidement, sains de corps et d’esprit, tous les prisonniers de Lanhouarneau.
Nous vous prions de veiller avec soin sur nos marins et soldats.
Nous vous prions de protéger la paroisse de tout mal durant cette guerre.
Nous vous prions de garder parmi nous la foi de nos ancêtres.
Et si vous nous donnez ce que nous demandons, nous, à notre tour, nous vous donnons
notre parole de faire le jour de votre fête du 17 juin une fête d’obligation : nous n’y
travaillerons pas, nous nous approcherons des sacrements, nous irons à la messe, aux
vêpres et à la procession. »

Tous les hommes sont alors rentrés du front ou de captivité. Exaucés, les habitants de Lanhouarneau sont, depuis, fidèles à ce qu’on appelle « le voeu » et le 17 juin est pour beaucoup jour chômé pour participer à la messe et à la procession qui mène de l’église paroissiale à la fontaine.

À propos du rédacteur Tad Stefan

Le Père Stéphane Torquéau est aumônier militaire. Spécialiste des langues anciennes celtes et nôroises, il a écrit de nombreux ouvrages dont "Les runes: histoire, symbolisme & étude", "L'ogham, écriture sacrée des Celtes", "Le Celtibère et le lépontique" ou encore "L'ermite et l'étoile" édité chez Ar Gedour.

2 Commentaires

  1. Je suis très surpris de lire dans l’article sur St Hervé que celui ci aurait séjourné à Plouvien. Je suis originaire de cette commune et je n’ai jamais entendu parler cet épisode. Bernard Tanguy dans son ouvrage St Hervé Vie et Culte aux éditions Minihi Levenez n’en fait pas non plus état. Celui ci, auteur du dictionnaire des Communes du Finistère aux éditions Le Chasse Marée, n’en parle pas dans l’explication de l’origine de la commune de Lanhouarneau. Je souhaiterai connaître les sources du séjour de St Hervé à Plouvien.
    A wir galon

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.