Saints bretons à découvrir

Le Diocèse de Vannes signe la charte YA D’AR BREZHONEG

Amzer-lenn / Temps de lecture : 4 min

brezhoneg-ofis.jpgComme nous vous l’annoncions dans nos billets consacrés à ce sujet, ce mardi 10 septembre 2013, le Diocèse de Vannes, sous l’impulsion de Mgr Centène, signera la Charte Ya d’ar Brezhoneg, proposé par Ofis publik ar Brezhoneg (Office public de la langue bretonne). Cette signature, qui est l’introduction au Projet Missionnaire Breton proposé par le diocèse de Vannes (téléchargeable ici en breton et en français) est une première. 

Le Diocèse signera donc le niveau 1 de la Charte. Les points mis en avant, ne sont certes pas un résumé des actions prévues, mais une première marche pour mettre en avant le projet missionnaire diocésain, qui est lui-même considéré comme une action à part entière.  Outre le projet lui-même issu de plus d’un an de travaux et de consultations, plusieurs actions spécifiques ont été prévues dans le cadre de cette charte, comme la mise en place d’une chronique bilingue régulière dans le bulletin diocésain, la signalétique bilingue de certains documents ou encore de lieux sacrés diocésains, etc…  La liste des actions sera diffusée le jour de la signature. 

Certains se demanderont l’utilité de signer cette charte. Cette initiative est une base qui marque symboliquement le principe d’être breton au milieu des Bretons, pour montrer la richesse de l’utilisation du breton dans la vie ecclésiale locale et dans la nouvelle évangélisation, et rendre visible par tous l’intérêt et l’engagement de l’Eglise du Diocèse de Vannes pour la langue bretonne..

A chacun, à chaque prêtre, à chaque laïc, à chaque équipe d’animation de s’approprier ensuite cet engagement en privilégiant le bilinguisme dans les bulletins paroissiaux, sur les feuillets de messe, en proposant au moins un cantique en breton (traduit en français sur les feuillets mais chanté en breton) à chaque messe dominicale, etc… 

Plus le breton sera proposé dans la société (et donc à l’église) et plus la langue vivra, mais il conviendra d’expliquer l’intérêt de son usage, en tenant compte du cheminement culturel qui n’est pas le même pour tous.. et en se disant que pour faire vivre ce projet, il n’est pas question de l’imposer (en prenant le risque de se heurter à un blocage) mais bien au contraire d’user de persuasion, d’explications pour qu’il soit adopté et diffusé à tous les niveaux. Comme il est mentionné dans le document diocésain, « l’Esprit de la Pentecôte s’est adressé à tous les hommes. Il ne leur a pas demandé de renier leur culture ; bien au contraire, c’est dans la langue de chacun qu’il s’est exprimé. Fort de notre ancrage culturel profond, nous aussi, chrétiens du Diocèse de Vannes, pouvons faire le pari d’une inculturation profonde de notre foi, pour être une Eglise qui accueille, une Eglise qui prie, une Eglise qui fait grandir et une Eglise qui rayonne. »

Comme vous le savez probablement si vous nous suivez depuis quelques temps, certains de nos collaborateurs sont étroitement liés à ce projet. Comme nous l’avons fait jusqu’ici, sachez qu’Ar Gedour publiera régulièrement des informations sur ce projet missionnaire. Des outils seront donnés pour travailler en ce sens par la commission diocésaine compétente. Ar Gedour sera aussi à disposition pour diffuser certains d »entre eux. Si vous avez des documents que vous souhaitez mettre gracieusement à disposition pour Dieu et la Bretagne, alors n’hésitez pas à nous contacter. Trugarez deoc’h ! 

Nous restons à disposition de tous pour de plus amples informations sur le sujet. 


Eflamm Caouissin

 

_______________________

ARTICLES EN RAPPORT AVEC CELUI-CI

– Le diocèse de Vannes et le projet missionnaire breton

– Le projet missionnaire breton du diocèse de Vannes

– Dalvoudekaat ar pardonioù / valoriser les pardons

– Diocèse de Vannes : vers un retour du breton à l’église ?

Projet Missionnaire Breton : pardons, cantiques et école

– Toutes nos billets sur l’intérêt d’une inculturation de l’annonce de l’évangile et de la foi… 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

Les paroisses fantômes

Amzer-lenn / Temps de lecture : 5 minUn constat au fil des kilomètres, qui fait …

[KERANNA] Oferenn e brezhoneg d’an 2/10/22- Messe en breton (+ feuille téléchargeable)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Disul 2 a viz Here 2022 a …

8 Commentaires

  1. Bennozh da Zoue

  2. C’est très bien, mais, l’Enseignement Catholique du Morbihan est sous la responsabilité directe de l’évêque… il scolarise 50% des enfants et des jeunes du Morbihan, qu’est-il prévu dans ce domaine ? Rien semble-t-il… Bizarre non, n’est-ce pas là qu’est l’avenir ?

    Yannig BARON

  3. Yannig, merci pour votre commentaire. Nous vous invitons à lire, si ce n’est déjà fait, le projet diocésain, téléchargeable sur AR GEDOUR. Sur ce sujet, il est notamment dit :
    – création de supports de catéchèse. Il existe des supports qui n’ont jamais été repris. Le diocèse les utilisera sans doute comme base.
    – porter à la connaissance de tous ce qui se fait déjà. Nous avons pu remarquer que souvent, certaines bonnes initiatives ne sont connues que d’un petit groupe. D’où l’idée de communiquer au maximum et de mettre des outils à disposition (comme sur Ar Gedour) pour que les nouvelles générations se les approprient, notamment dans l’enseignement.

    Voici un extrait du projet :

    2-3-Mutualiser et créer des supports catéchétiques adaptés à la fois
    aux écoles et aux paroisses

    Méthode :
    1-Collecter tous les textes et supports catéchétiques existants en breton.

    2-Elaborer un outil d’aide qui proposera les différents chants (cantiques, psaumes…) en fonction des moments de l’année liturgique.

    3-Organiser une rencontre de filières bilingues autour des cantiques (NDLR : notons que ce projet a une vocation catéchétique, patrimoniale, linguistique… et fait déjà partie du programme de cette rentrée)

    4-Organiser la concertation sur ce thème de la catéchèse entre les services de la DDEC et le Service Diocésain de Pastorale Catéchétique.

    5-Faire le choix du ou des supports les mieux adaptés à la situation et à l’âge des jeunes catéchisés.

    6-Organiser une rencontre des catéchistes et enseignants susceptibles d’utiliser ces outils. Le cas échéant organiser une ou des journées de formation.

    7-Etudier la possibilité de publication de ces documents.

    8-Produire une base de données avec ces outils et documents.

    9-Mettre en ligne cette base de données.

    Délai : Mise en place finale du dispositif rentrée scolaire 2014.

    Nous vous invitons à lire nos autres billets sur le sujet, dont les liens sont en bas de chaque article dédié.

    Vous pouvez constater qu’il s’agit bien ici de promouvoir le breton, le bilinguisme, la mise en valeur du patrimoine spirituel et culturel, avec la volonté d’une réappropriation par les nouvelles générations. Vous dites que rien n’est prévu… permettez-nous de vous dire qu’il n’en est rien, et qu’au contraire les réflexions autour de ce projet sont parties de ce constat…
    A galon.

  4. Cher ami,

    J’ai lu et c’est bien ce que je dis: bien des choses intéressantes en direction des enfants déjà en filière bilingue, mais RIEN pour de développement de cet enseignement. Quand je présidais DIHUN j’ai distribué 1 500 bibles des enfants, édité des documents pour la catéchèse, envoyé des centaines d’enfants au pardon de St Yves à Treguier, et organisé des rassemblement à Ste ANNE, Je sais donc de quoi je parle, mais la progression des filières bilingue est stoppée, l’ E C a fermé des filières bilingues, il n’y a pas un seul lycée bilingue dans le Morbihan, des classes restent un an sans enseignant et la formation a été envoyeé à Brest où il, n’y a pratiquement plus de Morbihannais. Alors…

    Yannig Baron

  5. Bonjour,

    Je pense qu’il faut regarder ce qu’i y a de positif, et ainsi aller de l’avant. M. Baron, le négativisme, plombe toute initiative. Vous avez du mérite pour ce que vous avez fait. Dihun (et pas seulement), a du mérite pour tout ce qui a été fait en matière d’enseignement du Breton Mais beaucoup reste à faire, et cette charte est un bon pas vers l’avenir. Ceux qui oeuvrent pour cette charte ont du mérite!

    Cordialement,

  6. Je suis déçu par vos réactions, M. Baron. Je pensais qu’après tout ce que vous avez fait vous seriez plus solidaire envers les bretons qui font également à leur tour leur possible pour faire avancer les choses.
    Si tout cela ne sert à rien, alors pourquoi se donner la peine de laisser de tels commentaires. Autant rester tranquillement chez soi à faire autre chose.
    Cette initiative a le mérite d’être mise en place en espérant créer un souffle nouveau axé sur la foi et la langue bretonne.

    Gourc’hemennoù d’ar re o deus sikouret, hag a gendalc’ha c’hoazh, da gas ar raktres-se àr-raok.

  7. Ce qui a été fait autrefois et hier avec beaucoup de courrage, d’énergie, de passion, de Foi aussi, permet aujourd’hui la signature de cette charte. Bénis soient les travaux passés, les défiheurs, les travailleurs de la première heure et béni soit ce qui se dessine aujourd’hui! Un grand merci à eux, un grand merci à vous! Alléluia!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.