Saints bretons à découvrir

Relegoù sant Mac’hlow / Les reliques de St Malo

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

malo.jpgOn honora beaucoup les reliques des saints, ces restes physiques qui sont sources de grâces divines et de guérison, et qui recevèrent le témoignage de l’attachement par delà les siècles aux saints qui vivèrent parmi nous. Notons que ceux-ci n’étaient pas des « évangélisateurs » qui seraient « venus » dans notre pays, mais plutôt de zélés compatriotes qui mirent au monde une Bretagne nouvelle, l’arrachant à sa grande détresse et la confirmant dans son élan de foi: les vieux saints furent les accoucheurs attentionnés de la Bretagne armoricaine. L’attachement des Bretons à leurs « vieux saints » ou saints fondateurs, est lié étroitement, en plus du fait religieux, à leur effort multiséculaire de mémoire pour conserver leur identité. Et la dévotion aux saints, dans ce sens, se confond avec le culte des reliques par lesquelles la conscience nationale a pu perdurer.

Laissons d’abord parler le diacre Bili, au IXe siècle, à propos de la grande dévotion aux corps des saints, de son sens spirituel et de l’amour porté à saint Malo :

” Quand à nous, qui habitons le diocèse d’Alet, dans la mesure de nos possibilités, nous devons sans répit rendre grâces au pourvoyeur de tous ces bienfaits, Lui qui a illuminé nos régions occidentales de nombreux corps de saints comme d’autant d’étoiles très brillantes, et nous croyons que les âmes de ces saints brillent semblablement aux Cieux. Chaque fois que nous rappelons leur souvenir, sans aucun doute, ils sont pour nous nos intercesseurs auprès du Seigneur. »

« La grandeur de l’amour témoigne pour celui-là dont la sollicitude envers ses amis ne s’est éteinte ni dans la mort, ni dans la sépulture, puisque, même après qu’il ait quitté ce monde, sa renommée s’emploie sans relâche à le démontrer»«L’oubli n’a pas diminué cet apôtre(saint Malo) en pouvoir ni envers vous, ni envers moi, car maintenant il possède, à jamais et dans les actes les plus sacrés, la Vraie Vie.»

Continuez la lecture ici

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est le fondateur du site et de l'association Ar Gedour et assure la fonction bénévole de directeur de publication. Il anime aussi le site Kan Iliz (promotion du cantique breton). Après avoir co-écrit dans le roman Havana Café, il a publié en 2022 son premier roman "CANNTAIREACHD".

Articles du même auteur

[ROME] Messe à St Yves des Bretons ce jeudi 22 février 2024

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minSi vous êtes à Rome en ce moment, …

Les 21 et 22 avril, rendez-vous au Kan ar Bobl, pour la grande finale

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minLa finale 2024 des grandes rencontres de pays du Kan ar …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *