Saints bretons à découvrir

TEMPORE CHLOTARII REGIS

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Parce qu’il est toujours bon d’en savoir plus sur nos saints et sur notre histoire, nous exhumons les travaux de feu Alan J. Raude, l’un de nos collaborateurs aujourd’hui disparu. 

vallée des saints
Photo Ar Gedour 2017 – DR

Saint Winnoc, frère de IudicHael, mena son apostolat monastique, comme son autre frère Iudoc, entre Somme et Rhin, dans le pays qui était alors l’Austrasie. Son culte s’y perpétua et sa Vita y fut rédigée par deux fois. Dans la seconde de ces Vitae, écrite au 11ème siècle, est incluse une généalogie du saint, remontant à Gerenton, c’est à dire Gerontius (en gallois Gereint), qui trouva la mort en 411.

A la troisième entrée, concernant Riwal, est insérée une glose : « qui primum uenit…, rapportant que celui-ci fut le premier à venir d’outre-mer pour gouverner en Armorique; cette glose présente en plus une incise précisant tempore Chlotarii regis, « du temps du roi Clotaire ». Cette incise interpolée représente la fiction carolingienne selon laquelle les Bretons seraient arrivés tardivement, alors que les Francs s’étaient emparés de la Gallia.

Clotaire régna sur l’Austrasie de 555 à 561. L’incise situe ainsi la venue de Riwal et des Bretons en Armorique « à l’époque du roi Clotaire » . Cependant, sur ces trois mots latins, Arthur La Borderie va codéifier une chronologie. Il argue que les Bretons n’ont pas eu à faire avec l’Austrasie, mais avec la Neustrie. Or Clotaire n’a eu réellement de pouvoir en Neustrie que brièvement, en 511 (en tant que roi de Neustrie) et de 558 à 561 (en tant que roi des Francs). Arthur décide que cette dernière période est trop tardive, et donc que les Bretons sont arrivés en 513.

Cette théorie est un fantasme, car l’incise en question fait de Clotaire un repère (adéquat en Austrasie), et non un protagoniste. Son pouvoir n’a pas de relation logique entre la venue des Bretons et le raisonnement de La Borderie. Néanmoins, Arthur dixit. Et il fut cru. Sans doute, à quelques fouineurs de textes, il n’avait pas échappé que la généalogie de Winnoc donnait à Riwal un fils du nom de Riatam, c’est à dire le Riotimus bien connu en 469, ce qui met Riwal un siècle plus tôt que 513…

Mais tout siècle a son lot de sourdes oreilles.

À propos du rédacteur Alan Joseph Raude

Linguiste, historien et hagiographe, il a notamment publié des ouvrages sur l'origine géographique des Bretons armoricains et sur l'histoire linguistique de la Bretagne.

Articles du même auteur

vallée des saints

29 mars : Saint Gonlew / Gonlay / Gwenlew

Aujourd'hui nous fêtons Saint Gonlew (ou Gonlay, Gwenlew et Uuinleu en Bretagne - Gwynllyw et Gwnlei au Pays de galles). C'est un roi gallois qui a vécu entre la fin du Ve s. et le début du VIe s. (mort sans doute vers 520). 

Le rescrit d’Honorius, ou le rescrit qui fait de l’Armorique la première nation autonome issue de l’empire romain

Le rescrit impérial qui fait de l'Armorique bretonne la première nation continentale autonome issue officiellement de l'empire romain. Par...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.