Saints bretons à découvrir

La messe de Requiem et les derniers hommages à l’abbé Blanchard

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 min

Près de 600 personnes étaient présentes au sanctuaire de Sainte Anne d’Auray pour dire Kenavo à l’abbé Marcel Blanchard, ce 5 mai 2022, anciens et plus jeunes, de toute génération – prêtres, diacres et laïcs – qui ont connu le recteur de Quistinic et ont été marqué par le personnage. Même si tout le monde n’a pu jouer, de nombreux musiciens étaient présents. D’autres, unis par la pensée et la prière, n’avaient pu faire le déplacement.

Comme il l’aurait souhaité, c’est une messe en français, latin, breton qui a été proposée, animée par Roger Abalain (chargé des messes mensuelles en breton à Ste Anne d’Auray), la chorale de Quistinic dirigée par Véronique Le Roux, ou encore le penn-kanour Uisant Er Rouz. Fabrice Lothodé et François Gouthe étaient en tribune à la bombarde pour accompagner l’orgue de Michel Jezo.

Dès la procession d’entrée, le ton est donné : c’est le cantique de St Mathurin « O Sant Matelin benniget »  joué en instrumental qui accueille l’abbé Blanchard, suivi du Requiem. C’est aussi la messe gregorienne pro defunctis (pour les défunts) qui sera choisie pour l’ordinaire. Un psaume a-capella en breton et sur l’air de Diougan Gwenc’hlan emplit l’édifice ; on est bien là en Bretagne, pour les funérailles d’un breton qui s’est donné pour elle. La cérémonie continue, avec une homélie du Père Gwenaël Airault, qui connaissait le recteur depuis ses premiers pas. Il évoque ses engagements au service de Dieu et de la Bretagne, et rappelle l’essentiel. « Aotrou person, dit-il, vous nous avez ouvert un chemin de fidélité à la suite du Christ pour devenir nous-même des guetteurs de l’aurore à venir : « gedourion ar mintin !» Nous prions pour le salut de votre âme et peut-être vous êtes-vous présenté devant le Père avec ces mots de Yan Ber Calloc’h (Ar en deulin 1914) : « Me vo bet henneh e gané dré en noz eid kennerhaad er Fé é kalon é vreuder » (J’aurai été celui qui chantait dans la nuit pour affermir la Foi dans le coeur de ses frères) ». Cette homélie a d’ailleurs été si demandée que le Père Gwenaël vous la propose en téléchargement sur Ar Gedour (cliquez ici).

Téléchargez le livret de messe et les partitions :

Le Kristenion Vad, ce chant profond quiporte en lui l’appel des âmes du Purgatoire pour que l’on prie pour elles. résonne sous les colonnes de Saint-Anne : c’est l’offertoire. Kalon sakret Jezuz à la communion, le Libera Me en chant d’adieu, du Bach en 4 voix mixtes puis un cantique à Ste Anne… un programme cousu sur mesure pour l’abbé Blanchard. Un bel hommage de la part de la Kerlenn Pondi dont l’abbé Blanchard avait été le recteur : à la sortie des sonneurs de la Kerlenn (Dominig Mahé et Romain Sponnagel) ont accueilli le cercueil au son d’une laridé gavotte de Pontivy et d’autres airs, pendant que le gwenn-ha-du est déplié sur le cercueil. Le Bro Gozh est entonné… et c’est un Kenavo. Le recteur sera inhumé à Gourin, d’où il était originaire !

Evit ho puhez, trugarez vraz deoc’h Aotrou person  !

 

Photos H. Bourreau / JM Poirot (DR)

En attendant un séquençage des titres, retrouvez l’enregistrement presque intégral des funérailles (à partir de 14′ )

 

J’apprécie Ar Gedour : je fais un don en cliquant ici

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

[KERANNA] Oferenn e brezhoneg d’an 3/07/22- Messe en breton (+ feuille téléchargeable)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min Disul 3 a viz Gouere 2022 a …

Les traditions de juin en Bretagne Morbihannaise (podcast)

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minDécouvrez ma dernière chronique de l’année sur RCF …

Un commentaire

  1. Véronique Le Gal

    Merci pour cette diffusion si professionnelle et si rapide de cette messe « divine » – il n’y a pas d’autres mots ! – du père Blanchard.
    Paroissienne de Quistinic, humble organiste pendant 10 ans et chanteuse puis animatrice de chorale avec le père Blanchard pendant 32 ans, je ne peux que dire MERCI au père Blanchard pour m’avoir appris comment la beauté de la musique et de la liturgie fait entrevoir ce qu’ est la BEAUTÉ de Dieu.
    Trugerez Aotrou person !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.