Saints bretons à découvrir

Veillée à St Yves-des-Bretons : un an après…

Amzer-lenn / Temps de lecture : 6 min

P1000565.JPGIl y a un an, le 27 avril 2014, l’église Saint-Yves-des-Bretons résonnait de cantiques bretons lors de la veillée d’adoration proposée à l’occasion de la canonisation des Papes Jean-Paul II et Jean XXIII. Cet événement était animé par l’ensemble Gedour ar Mintindont certains choristes et musiciens avaient fait le déplacement. Beaucoup de monde se pressait dans l’édifice et sur le parvis pour cet événement unique, que nous avions relayé sur AR GEDOUR (cf notre article d’avril 2014)Dans un courrier, le Pape François avait encouragé les Gedourion à « devenir toujours plus des disciples-missionnaires du Christ et à témoigner de sa joie »Un an après, nous avons voulu savoir ce que des personnes en avait retenu et en quoi cela les avait marqué. 

Ainsi, dans le livre d’or, nous pouvons lire : « Durant la veillée celtique, j’ai vécu une forte expérience grâce à la qualité des chants, des choeurs et de l’interprétation des instruments… L’église était remplie de foi en Dieu. Dans les derniers chants, j’ai été profondément touchée dans mon coeur et mes entrailles. » – Véronique 

 

Voici le témoignage de quelques personnes qui étaient présentes à cette veillée : 

 

1- Un an après cette grande veillée à l’occasion de la canonisation de Jean-Paul II et Jean XXIII, que retenez-vous de cette expérience unique ? 
 
Geoffroy : Tout d’abord je garde en mémoire le fait d’être allé à Rome pour cet événement. C’était la première fois que j’allais dans cette ville et même ce fut très bref pour moi, le souvenir de cette veillée à St Yves des bretons comme de l’ambiance dans la ville est encore très présent dans ma mémoire. 
 
Pierre- Athanase : impressionné de voir des Bretons bretonnants jusqu’à Rome, j’ai beaucoup aimé de voir autant de monde se déplacer pour une veillée bretonne dans la ville éternelle. Voir une telle ferveur marque réellement l’esprit. C’était génial. Si je devais parler « jeune », je dirai que j’ai trop kiffé.
 
Eflamm : Aller à Rome chanter à l’occasion un tel événement me semblait improbable. Pourtant, sur l’invitation de l’abbé Guillaume Le Floc’h, ce moment est devenu réel. Un an après, c’est comme si c’était hier. 
 
Père Gwenaël : Un petit air de Bretagne à Rome au coeur de la cité millénaire ? Plus qu’un mirage, une réalité miraculeuse de l’universalité de l’Eglise. Seuls les saints papes Jean XXIII et JP II pouvaient réunir une telle diversité à l’occasion de leur canonisation. Jean XXIII invitait l’Église à « ouvrir ses fenêtres » sur le monde et Jean Paul II à « ne pas avoir peur d’ouvrir toutes grandes ses portes au Christ ». C’est une concrétisation simple qui s’est opéré momentanément dans le quartier de la via della scrofa. Prier en langue bretonne dans la petite église de St Yves des Bretons, entassés comme les sardines de la « belle-iloise », baignant dans un mélange subtil de saveurs prodiguées par les Gedourion, des archevêques, des évêques, des prêtres et séminaristes, de nombreuses familles, des étudiants, des enfants, de pieux laïcs ont ainsi passés le porche pour goûter un peu de la grandeur de l’amour de Dieu pour ses enfants de Bretagne. De l’autre côté du Tibre et partout dans toutes les églises romaines jusqu’à la basilique St Pierre, la ferveur populaire se manifestait pour la plus grande gloire du Seigneur et le salut des cœurs. S’élevait au ciel par l’intercession des géants de l’histoire humaine, ces saints papes, une prière unanime d’action de grâce pour leur vie.
 
Henri-Pierre : On a bien prié, on a bien chanté, on a été comblé. C’est un souvenir extraordinaire ! Si un jour il y a une autre opportunité de refaire cela, ce sera une grande joie ! 
 
 
2- Que représentent ces deux Papes pour vous 
 
Geoffroy : Jean XXIII est associé pour moi à l’ouverture du Concile Vatican II qui a largement contribué à la réflexion de l’Eglise au XXième siècle. D’autre part, ce pape est aussi synonyme de joie et de gaieté, sans doute à cause de son tempérament et des blagues dont il avait le secret !
Jean-Paul II reste pour moi le pape de mon enfance, adolescence et début d’âge adulte. Quand on parle du pape, c’est souvent lui qui vient en premier en mémoire. Pour moi il est synonyme d’endurance dans les épreuves, de confiance en Dieu et de miséricorde. D’autre part on va aussi beaucoup en parler dans l’année à venir avec la préparation des Journées Mondiales de la Jeunesse à Cracovie …ce qui permettra de le faire connaître aux plus jeunes qui ne l’ont pas connu.
 
Eflamm : Je ne me sens pas spécialement proche de Jean XXIII même si je sais tout ce qu’on lui doit. Par contre, j’ai eu la joie de rencontrer Jean-Paul II à 2 reprises. Etre à Rome pour sa canonisation m’a d’autant plus touché. 
 
Henri-Pierre : Jean-Paul II était un Pape bâtisseur. Je suis sûr que si l’on prie encore ce Saint Pape, il nous enverra des grâces. 
 
 
3- Il n’y avait pas eu une telle veillée bretonne à St Yves des Bretons depuis au moins 400 ans. Avez-vous eu le sentiment de participer à l’Histoire en y animant une veillée avec les Gedourion durant un tel événement ? 
 
Geoffroy : 400 ans? Y’avait déjà des bretons y’a 400 ans???
Personnellement j’ai été très heureux d’y jouer. Jouer ainsi pour un tel événement de la musique de Bach, un des plus grands compositeurs, surtout concernant la musique religieuse d’ailleurs, fut vraiment un moment de grâce.
 
Eflamm : Je me souviens particulièrement du moment où nous avons chanté le Da feiz hon tadoù kozh avec toute l’assemblée. Nous étions portés dans cet endroit que tant de générations ont fréquenté. Ce qui était irréel aussi : des médias bretons qui vous appellent pour commenter en français et/ou en breton les événements en direct, le faire par exemple d’une place noire de monde venant de toute la planète, et savoir que ce moment unique, nous le partageons aussi par les ondes avec les Bretons du monde entier, c’était extraordinaire. 
 
Pierre- Athanase : Oui… Quand nous avons vu Guillaume le Floc’h qui transpirait la joie de voir ce qui était organisé, nous avions vraiment l’impression de participer à relancer une tradition en perpétuant la culture bretonne dans cette église. 
 
 
4- Quel serait le message que vous souhaiteriez passer à nos lecteurs ? 

Geoffroy : N’hésitez pas vous perdre dans les ruelles de Rome afin de parcourir cette merveilleuse ville qu’ont connue tant de papes. Peut-être, un peu comme nous d’ailleurs pour la trouver, tomberez vous sur cette petite église de St Yves des bretons. N’hésitez pas à vous y arrêter un instant, elle est très belle !

 
Eflamm : Quand on vous dit qu’une chose est impossible à réaliser alors que vous êtes persuadés du contraire et que c’est pour la gloire de Dieu, n’écoutez pas (ou juste un peu), priez, et faites. C’est ainsi que ce projet a pu voir le jour. 
 
Pierre- Athanase : Je dirais un peu pareil ; le fait qu’on ait pu venir à bout de ce projet (avec la prière, de la ferveur et l’aide de Dieu) a certainement touché beaucoup de gens. 
 

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

La Troménie de Marie au Pardon de Notre-Dame de Rumengol

Amzer-lenn / Temps de lecture : 3 minRumengol est un sanctuaire diocésain dédié à la …

pardon de Kernascléden

Ne manquez pas le Pardon de Kernascléden les 14 et 15 août 2022

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 minLe pardon de Kernascléden approche à grands pas. …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.