Saints bretons à découvrir

“Venez divin Messie” existe aussi en breton !

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min

Goueliou Nedelek.jpgIl existe un petit livret de chants de Noël bretons, édité par un missionnaire breton en 1908 à Quimper, qui reprend 11 titres pour cette période de fête. Le premier est sur l’air bien connu de Venez Divin Messie, avec des paroles en breton disant sensiblement la même chose.

Vous pouvez télécharger les pages 1 et 2 de ce livret ici : Venez p1.jpg / Venez p2.jpg

Il était courant de reprendre des cantiques en latin ou en français ou même des chansons populaires christianisées et de les proposer en version bretonne aux populations de Bretagne armoricaine. Prenons l’exemple de la chanson Vive Henri IV qui a donné par Julien Maunoir le cantique Gwerz ar Maro / Mab den soñjit, repris aisément par les fidèles. Des Noëls se retrouvent donc en breton sur les airs de Puer Natus in Bethleem, de Veni Emmanuel ou Adeste Fideles (ces derniers ont d’ailleurs été repris dans des centaines de langues).  Personne ne sera surpris d’apprendre que nous retrouvons aussi le Minuit Chrétiens en breton ou encore le fameux “Les anges dans nos campagnes”

Le traditionnel Petra zo hineh a neué (ou Petra zo henoah a nevez) est connu sous deux airs différents, mais tous deux sont des vieux Noëls latins. Le texte est de l’abbé Louis Pourchasse, originaire de Ploeren (Diocèse de Vannes), mais l’une des versions est plus connue dans les diocèses de Quimper et Léon et Saint Brieuc & Tréguier, composée comme une marche vers la crèche ; il s’agit de “In caelis est” un traditionnel repris notamment par des compositeurs du XVIIIème comme Daquin, Dandrieu ou Balbastre sous le titre “A la venue de Noël”. Vous pouvez le constater au début de cette vidéo et comparer avec le thème chanté par Yann-Fañch Kemener. Une version plus enjouée et plus connue sur le Diocèse de Vannes est aussi un Noël ancien, repris par les mêmes dans leurs variations de Noël pour orgues. Or dites-nous Marie (connu aussi sous le titre “Bel astre que j’adore”) a donné quant à lui Spered Santel Doue. Nous invitons nos lecteurs à nous indiquer en commentaires les rapprochements qu’ils connaissent sur tel ou tel chant.

Certains ne les considèrent pas comme cantiques bretons, mais ils font tellement partie aujourd’hui de la mémoire populaire que ces chants rejoignent les partitions authentiquement bretonnes (comme Kanamb Noël / Noelenn Berhed ou Pe trouz war an douar), répertoire que nous évoquons dans l’article KANOMP NOUEL, LA RICHESSE DE NOS CANTIQUES DE NOEL.

Comme nous pouvons le constater, une véritable transmission musicale (et spirituelle grâce à des textes forts) a été effectuée à travers les âges. Faisons en sorte de ne pas être les éléments de rupture de cette transmission.

EC

À propos du rédacteur Eflamm Caouissin

Marié et père de 5 enfants, Eflamm Caouissin est impliqué dans la vie du diocèse de Vannes au niveau de la Pastorale du breton. Tout en approfondissant son bagage théologique par plusieurs années d’études, il s’est mis au service de l’Eglise en devenant aumônier. Il est Directeur de Publication d'Ar Gedour.

Articles du même auteur

messe de la saint yves

[ROME] Fêtez le patron de la Bretagne à l’église St Yves-des-Bretons le 19 mai 2021

Amzer-lenn / Temps de lecture : 1 min La Saint Yves sera aussi fêtée à …

Projection en ligne du Mystère du Folgoët le 9 mai 2021

Amzer-lenn / Temps de lecture : 2 min Françoise Le Goaziou, de la Mission Bretonne …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *